AGRESSION MORTELLE DE MAMADOU BARRY : UN SUSPECT ARRÊTÉ

news-details
FRANCE

Un suspect a été interpellé ce lundi après l’agression mortelle de Mamoudou Barry, un enseignant guinéen, vendredi soir à Canteleu, dans la banlieue de Rouen.

Né en 1990, le suspect, de nationalité turque, est connu pour ses antécédents psychiatriques ; il a aussi eu affaire à la police pour des affaires de stupéfiants. Il a été arrêté à son domicile, à 9h30. Originaire de Canteleu, selon Paris Normandie, il vit dans la banlieue rouennaise.

Selon une source policière, le suspect, retrouvé notamment grâce à la vidéosurveillance croisée à des témoignages, portait « un maillot du club turc de Galatasaray » au moment des faits, qui ont eu lieu vers 20h20, peu avant la finale de la Coupe d’Afrique des Nations entre l’Algérie et le Sénégal.

« Il s’agit d’un crime raciste, sans aucun doute »

Mamoudou Barry, 31 ans, est mort des suites de ses blessures. Pour ses proches, il a été agressé « en raison de la couleur de sa peau ». Il se trouvait dans sa voiture avec son épouse lorsqu’il a été verbalement pris à partie par un homme qui patientait sous un abribus. C’est en allant le voir qu’il a été roué de coups.

« Il s’agit d’un crime raciste, sans aucun doute, mais rien ne permet d’établir que c’est en lien avec la finale de la CAN. Rien ne permet de dire aussi qu’il a été agressé par un supporteur algérien », a dit l’avocat de la famille Me Jonas Haddad ce lundi matin. Selon lui, Mamoudou Barry a été « frappé à coups de poing et de bouteilles. La victime est mal tombée, il a perdu beaucoup de sang. Quelqu’un a tenté de lui faire un massage cardiaque », a-t-il expliqué Me Haddad. Transporté au CHU de Rouen, Mamoudou Barry, père d’une petite fille, est mort samedi.

Âgé de 31 ans, le jeune enseignant venait de soutenir une thèse de droit le 27 juin à Rouen sur les « Politiques fiscales et douanières en matière d’investissements étrangers en Afrique francophone », selon le site de l’Université.

Vous pouvez réagir à cet article