ALIOUNE NDIAYE : « LES ANNÉES SOCIALISTES NE NOUS ONT PAS PERMIS DE RÉVÉLER UN VÉRITABLE LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL »

news-details
JURY DU DIMANCHE

L’héritage des hommes politiques sénégalais a été au menu des discussions de l’émission LR du temps, sur Iradio (90.3). Le prétexte, la mort du secrétaire général du parti socialiste, survenue le 15 juillet 2019 à Paris.
Enseignant et chercheur en politique africaine et relations internationales à l’université de Sherbrooke au Québec (Canada), Alioune Ndiaye, co-invité d’Amadou Elimane Kane à cette émission, est d’avis que l’héritage des hommes politiques doivent être questionné même si on sait qu’il n’y a pas d’homme politique qui a tout réussi. De Ousmane Tanor Dieng, il retient toute la modération qu’on voyait dans son parcours politique. « Nous sommes dans un environnement politique de haute conflictualité et que cette modération qui semblait marquer les hommes politiques, on devrait le retrouver », dit-il, pour magnifier le comportement républicain du défunt.

En revanche, pour lui, l’aspect où cela n’a pas beaucoup marché, c’est ce qu’il appelle « le leadership transformationnel ». « Je pense que les années socialistes ne nous ont pas permis de révéler un véritable leadership transformationnel. On était plus dans une vision administrative de l’Etat. Donc pour moi, il y a une véritable ingénierie administrative institutionnelle qu’on a vue à cette époque-là. Mais, sur le plan de la transformation de l’économie, sur le plan de l’investissement, on verra cela plutôt avec l’avènement d’Abdoulaye Wade », explique-t-il.

Cependant, l’enseignant chercheur, estime que pour aller de l’avant, il faut faire la synthèse de tout cela et surtout comprendre que le monde d’aujourd’hui est un monde de compétition féroce. « C’est un monde d’opportunités énormes. Le Sénégal a des ressources intellectuelles énormes mais essayons de construire quelque chose à partir de ces ressources-là. Essayons d’établir cette connexion entre ces ressources du savoir et les cercles de la décision pour sortir le pays de cette situation qui ne représente point ce qu’il mérite », dixit-il.

Vous pouvez réagir à cet article