ALKHANY DANSOKHO : « POURQUOI MON PÈRE A CHOISI D’ÊTRE INHUMÉ À SAINT-LOUIS »

news-details
DÉCÈS D’AMATH DANSOKHO

Originaire de la Région de Kédougou, Amath Dansokho, décédé le vendredi dernier, à l’âge de 82 ans, des suites d’une maladie, ne sera pas inhumé sur terre natale. Il a choisi Saint-Louis pour le repos éternel.

Un choix que son fils, Alkhaly Dansokho a expliqué, ce dimanche, devant la foule immense qui a pris part à sa levée du corps, tenue à la morgue de l’hôpital de Principal de Dakar. « Certains vont se demander pourquoi mon père a choisi d’être enterré à Saint-Louis. Mais, cela ne doit pas être une surprise pour ceux ou celles qui l’ont connu. Ce choix est naturel. Saint Louis a été le berceau de son engagement politique et le lieu où il a tissé ses meilleures relations amicales. Il a rencontré ses meilleurs amis dans cette ville. Il a toujours eu la nostalgie de cette ville exceptionnelle quand il a vécu ailleurs », a expliqué le fils du défunt.

Revenant sur l’engagement politique et citoyen de son père, il a magnifié la marque de sympathie et de compassion de toute la Nation sénégalaise qui, selon lui, atteste que « notre père appartenait à l’ensemble du peuple ». Il a également vanté les qualités du défunt en tant père, époux, beau-père et camarades de partis. « Il avait une générosité inégalable et acceptait tout le monde. Je vais vous révéler également qu’il était un excellent cuisinier. Il nous préparait à manger et nous incitait à préparer des plats. Il nous donnait des leçons de vie indispensables. Il nous a toujours poussés à aller vers l’autre », a-t-il témoigné avant de raconter l’histoire quand son père a rencontré pour la première fois un porteur de VIH. « Quand ma mère lui avait présenté l’un des premiers malades porteur du VIH Sida au Sénégal, mon père n’a pas arrêté de lui serrer la main et de lui faire des accolades. Juste pour vous dire qu’il avait un grand cœur et traitait tout le monde au même pied d’égalité », a expliqué Alkhaly Dansokho. Qui n’a pas manqué de remercier le président de la République ainsi que tous ses prédécesseurs en l’occurrence Abdoulaye Wade et Abdou Diouf pour la marque d’estime qu’ils ont, à son avis, toujours eu à l’endroit de son défunt père.

Les témoignages ont été unanimes. La bonté, la générosité, l’engagement et le patriotisme du défunt sont mis en exergue par tous ceux qui ont formulé des témoignages sur le défunt. « La vision de celui que nous pleurons est fondé sur le sentiment que notre destin est lié sur celui de tous. C’était un homme juste et bon. Il détestait la haine. Son œuvre doit être poursuivi par les générations futures pour éviter les soubresauts politiques aux conséquences incalculables », a témoigné Dr Alseni Dansokho, petit frère du disparu.

Vous pouvez réagir à cet article