Burkina Faso : une nouvelle ligne électrique pour réduire les délestages

news-details
International

La ligne d’interconnexion électrique 225 kilovolts entre le Ghana et le Burkina Faso est désormais fonctionnelle. Elle a été inaugurée à la périphérie de Ouagadougou, ce vendredi 5 octobre 2018 en présence des présidents burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré et ghanéen, Nana Akufo-Addo. Cette nouvelle ligne d’interconnexion électrique avec le Ghana permettra au Burkina Faso de réduire les délestages causés par le déficit énergétique.

Grâce à cette nouvelle ligne d’interconnexion électrique, le Burkina Faso pourra importer jusqu’à 100 mégawatts d’électricité en provenance du Ghana. Ce qui permettra de couvrir 35% de la demande actuelle en électricité du pays confronté à un déficit énergétique.

« Le gouvernement subventionne à hauteur de 21 milliards, sinon plus, pour notre consommation d’énergie. Cela devenait insoutenable, non seulement pour le budget de l’Etat, mais aussi pour le consommateur final, qui a un coût du kilowattheure qui est très élevé. L’interconnexion avec le Ghana nous permettra non seulement d’augmenter la capacité en matière de productivité, mais aussi de réduire de façon significative le coût du kilowattheure », explique Bachir Ouédraogo, le ministre burkinabè de l’Energie.

D’un coût global d’environ 55 milliards de francs CFA, le projet a été financé par le Burkina Faso, le Ghana, et leurs partenaires. C’est l’entreprise française Eiffage énergie qui a construit la ligne longue de 188 km entre Bolgatanga et Ouagadougou. Un projet dont se satisfait Mustapha Kamar, le directeur du développement chez Eiffage énergie : « Normalement, les lignes sont très solides et supporteront des vents supérieurs à 150 km/heure. Il n’y aura jamais de problème ».

Grâce à cette ligne, vingt-cinq localités rurales ont déjà été électrifiées.

Vous pouvez partager cet article