image

CE QU’IL FAUT POUR ÉVITER UNE HAUSSE DE 2,7 DEGRÉ (EXPERT)

image

Pour dévier la trajectoire catastrophique du monde vers 2,7 degré de réchauffement climatique d’ici 2050, des acteurs prônent l’éducation au changement climatique. Lors d’un atelier d’adaptation pour échanger sur les enjeux climatiques dans le système éducatif, tenu vendredi, il a été question du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental (Giec), publié en février 2022, qui a, à nouveau, tiré la sonnette d’alarme. Il a appelé à agir maintenant pour assurer l’avenir. « Ces effets sont désormais généralisés et souvent irréversibles, menaçant le bien-être des humains et la santé de la planète. La réduction des sources de gaz à effet de serre devient donc une exigence mondiale », a déclaré la cheffe de la division Changement climatique. Qui ajoute : « Dans ce sens, l’éducation relative au changement climatique (Ercc) peut jouer un rôle de premier plan pour donner accès aux connaissances, développer un jugement critique et pouvoir agir de façon à inspirer et soutenir des actions visant l’adaptation et l’atténuation ».

Madeleine Sarr Diouf souligne que l’accord de Paris et le pacte de Glasgow ont réitéré l’im- portance de l’éducation au changement climatique pour limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius et pouvoir s’adapter au changement climatique. L’éducation est essentielle pour promouvoir l’action climatique. D’après elle, cela aide les gens à comprendre les effets de la crise climatique et à lutter contre ces derniers, en les dotant des connaissances, compétences, valeurs et attitudes dont ils ont besoin pour devenir de véritables acteurs du changement. Se voulant plus clair, elle ajoute : « Si le Primaire et le Secondaire sont un bon moment pour sensibiliser les plus jeunes et les former en tant que citoyen, le Supérieur permet aux étudiants de se saisir de la compréhension des enjeux et de faire le lien avec leur futur emploi. L’Enseignement supérieur est un levier de premier choix pour conférer à notre jeunesse un haut niveau d’éducation sur les enjeux climatiques et environnementaux, pour leur permettre de mieux réussir et de prendre collectivement les meilleures décisions ».

Mme Diouf est convaincue que « l’adaptation au changement climatique et les mesures destinées à atténuer les émissions de gaz à effet de serre (Gef) offrent des opportunités pour créer de nouveaux emplois, tout en sécurisant ceux qui existent déjà ». L’intégration opé- rationnelle des enjeux et pratiques reste donc « un défi majeur » qui offre des opportunités déterminantes pour la formation et l’emploi des jeunes et pour une « transition juste, résiliente et créatrice de richesses ».

Suzanne SY

2 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article