CORONAVIRUS ET JO 2020 : LE CIO ET LE JAPON OUVRENT LA VOIE À UN REPORT

news-details
CALENDRIER SPORTIF

Le Comité international olympique s’est donné, dimanche, quatre semaines pour prendre une décision. Le premier ministre japonais admet qu’un report « pourrait devenir inévitable ».

Sous pression, depuis quelques jours, d’une part grandissante du monde sportif pour reporter l’édition 2020 des Jeux olympiques (JO), compte tenu de l’épidémie due au coronavirus, le Comité international olympique (CIO) s’était jusqu’à présent borné à répondre qu’il était encore trop tôt pour prendre toute décision. Dimanche 22 mars au soir, sa position a singulièrement évolué. Si l’instance écarte l’idée d’une annulation, elle évoque ouvertement, pour la première fois, la possibilité d’un report.

« Nous avons entamé des discussions avec tous les partenaires pour dresser un état des lieux du développement rapide de la situation sanitaire et de son impact sur les Jeux olympiques, comprenant un scénario de report », a écrit le président du CIO, Thomas Bach, dans une lettre aux sportifs.

Le CIO se donne désormais quatre semaines pour prendre une décision concernant les Jeux, prévus à la fin de juillet au Japon. « Nous sommes confiants dans le fait que nous aurons finalisé ces discussions dans les quatre prochaines semaines, a assuré M. Bach. Une annulation des Jeux olympiques détruirait le rêve olympique de 11 000 sportifs des 210 Comités nationaux olympiques, de l’équipe des réfugiés et des sportifs paralympiques. » De ce fait, l’annulation « n’est pas à notre agenda ».

Un report qui « pourrait devenir inévitable »

A l’instar du CIO, la position du premier ministre japonais, Shinzo Abe, a évolué. S’exprimant devant le Parlement, à Tokyo lundi, il a assuré que son pays était toujours engagé à organiser les JO dans les meilleures conditions, mais que « si cela devenait difficile, en tenant compte en priorité des athlètes », la décision d’un report « pourrait devenir inévitable ».

Malgré la pandémie et les interrogations grandissantes autour des JO de Tokyo, M. Abe n’avait jamais évoqué officiellement cette option. « L’annulation n’est pas parmi les possibilités », a néanmoins insisté M. Abe, à l’unisson avec Thomas Bach. En revanche, un haut responsable du Comité olympique australien a estimé qu’il était « clair » que les JO de Tokyo ne pourraient se tenir cet été comme prévu, et a exhorté ses athlètes à se préparer pour 2021.
« A partir du moment où le CIO indique qu’il réfléchit à d’autres solutions, c’est qu’il a déjà pris l’option de les reporter », a souligné, de son côté, Denis Masseglia, président du comité national olympique et sportif français (CNOSF), lundi matin sur RMC.

Vous pouvez réagir à cet article