Conférence et Conseil d’Administration : Dakar, centre africain des industries extractives

news-details
ITIE

La capitale sénégalaise va accueillir, du 31 octobre au 2 novembre 2018, la conférence africaine sur la divulgation de l’identité des propriétaires réels des entreprises minières, pétrolières et gazières. L’événement sera organisé par le Secrétariat International de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) et le Gouvernement du Sénégal et portera sur le thème suivant : « Révéler les bénéficiaires effectifs des entreprises extractives en Afrique ».

Cette conférence devrait réunir plus de 200 sommités, « représentant les Gouvernements, les Organisations de la société civile, les Entreprises extractives et les Partenaires techniques et financiers, des 24 pays d’Afrique qui mettent en œuvre la Norme ITIE », si l’on en croit le communiqué de l’ITIE reçu à Emedia.sn.

Il sera notamment attendu des participants « d’engager des réflexions stratégiques sur les mesures à mettre en application pour prévenir l’évasion fiscale, atténuer les flux financiers illicites et augmenter les revenus tirés des activités d’extraction, grâce à la divulgation systématique des identités des propriétaires réels des entreprises extractives. »

Réunion du Conseil d’Administration de l’ITIE Internationale

Par ailleurs, le communiqué du Comité national de l’ITIE révèle qu’en prélude à la conférence africaine sur la propriété réelle des entreprises extractives, « le Conseil d’Administration de l’ITIE Internationale tiendra, pour la première fois en Afrique, sa 41ème réunion du 29 au 30 octobre 2018. Les membres du Conseil d’Administration de l’ITIE évalueront les progrès accomplis par l’Afghanistan, l’Éthiopie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Nigeria en matière d’exécution des exigences de la Norme ITIE. »

Le Conseil d’Administration qui se réunira à Dakar a reconnu le Sénégal comme pays ayant « accompli des progrès satisfaisants dans le cadre de la mise en œuvre de la Norme ITIE. » Une façon de justifier le choix porté sur le Sénégal pour abriter la Conférence africaine sur la propriété réelle et la réunion du Conseil d’Administration de l’ITIE.

Faire de la richesse minière une chance de développement plutôt qu’une source de conflits

Selon la Banque Mondiale, près de 3,5 milliards d’habitants vivent dans des pays riches en hydrocarbures ou en ressources minières alors que ces gisements sont trop souvent une source de conflits plutôt qu’une chance de développement, à cause notamment d’une mauvaise gouvernance qui engendre pauvreté, corruption et conflits.

« Les ressources minières jouent un rôle majeur dans 81 pays qui, à l’échelle mondiale, représentent le quart du PIB et la moitié de la population. À elle seule, l’Afrique concentre environ 30 % des réserves minérales mondiales, 10 % du pétrole et 8 % du gaz naturel, et pourtant près de 43 % de sa population est en situation d’extrême pauvreté », révèle l’institution financière internationale qui soutient la mise en oeuvre de l’ITIE pour favoriser une gestion transparente des recettes, en prodiguant une assistance technique aux pays qui s’emploient à contrôler et publier les versements des entreprises extractives.

Vous pouvez partager cet article