image

DES TRANSFORMATRICES FORMÉES AUX NORMES INTERNATIONALES DE QUALITÉ

image

Des ateliers de formation de formateurs sur les bonnes pratiques d’hygiène, de fabrication et de sécurité au travail, en appui aux neuf Conseils locaux de pêche artisanale (CLPA) des îles du Saloum, région de Fatick, ont été organisés du 26 au 29 octobre 2021 par le projet Initiative Pêches Côtières - Composante Afrique de l’Ouest de (IPC-AO), financé par le Fonds Mondial pour l’Environnement (FEM) et mis en œuvre par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en collaboration avec le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE/Convention d’Abidjan) et le Ministère de la Pêche et de l’Économie Maritime.

Durant quatre jours, 34 femmes transformatrices et vendeuses des CLPA de Fimela-Ndangane Sambou, Palmarin, Niodior, Djirnda, Bassoul, Foundiougne, Sokone, Toubacouta, et Missirah, ont été formées sur les bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication, ainsi que sur les normes de santé et de sécurité au travail dans les unités artisanales de transformation de produits halieutiques.

La réalisation de cette formation intervient à la suite de l’analyse participative de la chaîne de valeur sensible au genre et l’identification des points critiques qui ont révélé le besoin d’améliorer les pratiques d’hygiène et de fabrication ainsi que les conditions de travail au sein desdites unités.

« Par cette formation qui marque le début d’une série d’activités de renforcement des capacités des communautés de pêcheurs des Iles du Saloum, la FAO vise à promouvoir l’application des normes internationales d’hygiène plus particulièrement celles du Codex Alimentarius. Celle-ci va contribuer à l’amélioration de la qualité des produits halieutiques transformés en vue d’augmenter les revenus des femmes transformatrices par un meilleur accès de leurs produits aux marchés nationaux, régionaux et internationaux, qui sont en pleine expansion », a indiqué la Coordonnatrice régionale du projet IPC-AO, Fatou Sock.

Membre du CLPA de Dionewar, Mariama Dieng s’est réjouie de cette nouvelle expérience et des outils pratiques acquis : « C’est la première fois que nous participons à une formation de ce genre. Dorénavant, nous ferons beaucoup plus attention à certaines pratiques que nous avions l’habitude d’utiliser et qui nuisent à la conservation du poisson. Cette formation nous permettra également d’améliorer nos conditions de travail, particulièrement pour les techniques de fumage du poisson afin d’avoir un plus grand profit économique ».

Vers des solutions innovantes

Malgré le potentiel économique des activités de transformation de produits halieutiques, sources de revenus et d’emplois, les femmes transformatrices connaissent beaucoup de difficultés, notamment du fait des techniques rudimentaires utilisées, du manque d’équipements et des conditions d’hygiène non conformes aux normes. Les méthodes de conservation font partie également des facteurs qui freinent le développement de la filière. Ce que LA présidente de Fédération Nationale des Femmes Transformatrices du Sénégal (FENETRANS), Yaye Fatou Sarr, n’a pas manqué de souligner.

« Cette formation nous est d’un très grand apport. C’est aussi un riche partage d’expériences avec toutes ces femmes transformatrices venues de l’ensemble des Iles du Saloum. Cela ne fait aucun doute que si nous appliquons ces normes, elles nous seront bénéfiques. Mais, il ne faudrait pas occulter les difficultés auxquelles nous sommes confrontées. Nous manquons de moyens matériels et financiers. C’est une des principales causes de nos accidents de travail. Et nous devons y apporter des solutions concrètes », a-t-elle fait savoir.

La formation a été dispensée en wolof et parfois en sérère, langues les plus parlées dans la localité. Des méthodes imagées et des mises en scènes à but pédagogique ont été utilisées pour une meilleure appropriation des exigences internationales relatives aux prescriptions d’hygiène et de bonnes pratiques de fabrication des produits de la pêche.

Source : fao.org

17 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article