image

DEUX EX-DU PDS A L’ASSAUT DE SAMBA BATHILY

image

Momar Guèye, Sénégal 2035

Economiste, statisticien, diplômé en économétrie à l’Université de Toulouse, Momar Guéye est le candidat de « Sénégal 2035 » pour les élections municipales à Ouakam. Ce fils de Ouakam, après son cursus universitaire, a eu à enseigner dans les plus grandes universités avant d’occuper de hautes fonctions dans l’administration.

En 2004, il est nommé directeur général de l’Office national de formation professionnelle (Onfp) pendant 11 ans, puis Directeur des Stratégies de développement des territoires. Et aujourd’hui, il est le conseiller technique numéro 2 du ministre des collectivités Territoriales. Il a également été vice-président de l’Union sportive de Ouakam, pendant 20 ans. Ayant débuté la politique dans les années 90 avec le Parti démocratique Sénégalais, il n’en est pas à sa première conquête de la mairie de Ouakam. Mais pour les élections municipales de 2022, il y va sous la bannière de la coalition « Sénégal 2035 » de Mame Mbaye Niang.

S’il a tenu à défier encore le maire sortant Samba Bathily Diallo, c’est parce que, selon lui, « Ouakam est bloqué sur tous les plans : le sport, l’éducation, les infrastructures, le développement économique ». Un blocage qui intervient même sur « les débats politiques », renchérit l’économiste. « Un maire doit être quelqu’un qui a une vision pouvant être dans les instances de décision pour qu’on puisse développer Ouakam », poursuit-il. Conseiller technique numéro 2 du ministre des Collectivités territoriales, Momar Guèye s’engage à mettre Ouakam sur les rails de l’émergence. Mais dans un premier temps, dit-il la priorité c’est de rassembler les moyens pour exécuter ses projets. Et pour cela, explique-t-il, il faut que les recettes fiscales de Ouakam soient collectées de manière optimale, pour qu’elle soit reversées dans les caisses de Ouakam.

Omar Ngalla Diagne, Alternative les verts

Ayant très tôt quitté l’école pour des « raisons sociales », même s’il était « très brillant », Omar Ngalla Diagne, est l’un des candidats à la mairie de Ouakam avec la coalition « Alternative les verts ». Travaillant depuis maintenant 29 ans à la base française de Ouakam, comme magasinier, puis gestionnaire et enfin cadre, Omar Ngalla Diagne se définit par trois caractéristiques : « la sensibilité, la raison et la volonté ».

Ayant commencé à militer au Pds de 1992 à 2007, il a été pendant plusieurs années, le directeur de campagne au niveau local. C’est en 2007 qu’il a commencé à faire de l’écologie politique et cela jusqu’à nos jours. Il a ainsi fondé l’Association des volontaires de l’environnement en 2001, avant de former en 2008, « Sos littoral » avec Mansour Sora Wade. Et depuis 2020, il assure la présidence de cette association qui lutte pour la sauvegarde du littoral, puisque les constructions poussent aujourd’hui comme des champignons, à quelques jets de pierre de différentes plages de la capitale, en violation flagrante de la loi sur le domaine public maritime.

Sur les motivations qui l’ont poussé à postuler une fois de plus à la mairie de Ouakam, il y va avec un air nostalgique : « Quand on fait le diagnostic, le Ouakam d’hier n’est plus ce qu’il était. Ouakam est dans un trou. » Pour lui, un maire doit être un « modèle de droiture » et avoir les « mains propres », pour qu’il puisse indiquer la voie. La démographie a exponentiellement évolué à Ouakam, et c’est dans ces circonstances qu’il est en train de mener un plaidoyer sur le foncier de l’aéroport.

« J’ai demandé à l’Etat de libérer des emprises foncières au niveau de l’aéroport, pour en faire des infrastructures publiques, par exemple un hôpital de niveau 1 et si Ouakam ne peut pas à lui seul le réaliser, on va développer l’intercommunalité Ouakam-Ngor et Yoff ». Convaincu qu’il a la meilleure liste de la commune, Omar Ngalla Diagne veut « une mairie autonome mais pas indépendante ». Lui aussi va à l’assaut d’un autre ex-responsable du Pds, le maire sortant.

Ndèye Anna NDIAYE

14 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article