UNE ENQUÊTE OUVERTE CONTRE VIVIANE

news-details
Présumé trafic de visas

L’affaire du trafic présumé de visas impliquant le manager de la chanteuse Viviane Chidid n’a pas encore livré tous ses secrets. Mais, selon des informations obtenues par Emedia.sn, Djidjack Diouf va déjà passer sa première nuit à la Maison d’arrêt de Rebeuss, en compagnie de ses co-accusés, au nombre de trois, à ce stade de l’enquête. Leur premier face à face avec le Procureur n’ayant pu se faire aujourd’hui pourrait avoir lieu demain, mardi. Si jusqu’ici Viviane n’a pas encore été inquiétée, ce n’est plus qu’une question de temps puisque nos sources précisent qu’une enquête est ouverte contre la chanteuse, lead-vocal du Jolof Band.

PAS DE PLAINTE DE VIVIANE À LA SR, SON EX MARI N’A PAS ÉTÉ ENTENDU

Pis, contrairement à une information véhiculée juste après l’arrestation du manager, Viviane Chidid n’a jamais déposé une plainte à la Section de Recherches de Colobane où Djidjack Diouf a été entendu. Aucune plainte de sa part n’y a été enregistrée, même si elle a été entendue une première fois ce week-end à titre de témoin pour les besoins de l’enquête. Nos sources révèlent d’ailleurs que le manager, mis en cause dans cette affaire, serait très en colère contre l’artiste avec laquelle il a cheminé pendant plusieurs années. Djidjack Diouf reprocherait ainsi à Viviane de l’avoir royalement ignoré lors de son passage à la SR de Colobane. Djidjack serait très remonté contre Viviane qui n’aurait même pas daigné le saluer, comme si elle ne l’avait jamais connu.

Dernier détail, selon des sources proches du dossier, l’ex mari de Viviane, Tapha, ancien rappeur du groupe Da Brains aujourd’hui reconverti dans la promotion de spectacles, n’a pas (encore ?) été entendu dans le cadre de l’enquête, pas même à titre de témoin comme cela a pu être annoncé à travers la presse. La cause de la fausse nouvelle serait son passage à la Section de Recherches, ce week-end, mais c’était uniquement pour apporter son soutien au mis en cause, Djidjack Diouf.

Vous pouvez réagir à cet article