Hajj 2018 : Une plainte contre des contractuels

news-details
Societe

« Une plainte des voyagistes privés a été transmise au ministère chargé du ’’hajj’’. Ce, pour contraindre les contractuels à payer ». C’est la précision faite par Abdou Aziz Kébé, délégué général au pèlerinage.
Tirant le bilan de l’organisation du pèlerinage à la Mecque 2018, ce dernier, repris par l’Aps, est ainsi revenu sur les difficultés liées à la gestion de l’hébergement des pèlerins, déplorant des « manquements au respect des engagements des prestataires devant assurer la restauration des pèlerins à Mouna (une étape du pèlerinage). » « Ce problème a failli voiler toutes les performances obtenues cette année », a-t-il regretté. Car, a-t-il relevé, « le livrable n’est pas arrivé à temps et cela a posé problème ». « Nous n’avons aucune responsabilité technique ou juridique sur cette question », a tenu toutefois à préciser Abdou Aziz Kébé.
Malgré des « dysfonctionnements liés au non-respect des contrats signés par des prestataires », la Délégation générale au pèlerinage à la Mecque tire, de façon générale, un bilan « satisfaisant » dans l’organisation du dernier ’’hajj’’.
« Le pèlerinage de 2018 a été mieux préparé que ceux des années précédentes en termes de qualité dans la gestion de l’enregistrement des pèlerins, des visas, du transport et, surtout, de l’encadrement religieux et médical », s’est réjoui le délégué général au pèlerinage, soulignant le fait que « cette année, l’ouverture de l’enregistrement des pèlerins s’est faite du 15 mars au 31 mai, soit 70 jours avant le premier vol alors qu’en 2016 et 2017, cet écart était de 15 et 18 jours ».

Vous pouvez partager cet article