IDRISSA GANA GUÈYE : « NE PAS REFAIRE LES MÊMES ERREURS QUE PENDANT LES CANS PRÉCÉDENTES »

news-details
EQUIPE NATIONALE

Exit le mercato, l’intérêt de Solskjær, l’entraîneur de Manchester United et l’engouement du Paris Saint-Germain (PSG) à son égard. Idrissa Gana Guèye ne pense qu’à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 21 juin-19 juillet 2019 en Egypte. Invité de radio foot international, le milieu de terrain - défensif « indiscutable » des Toffees, fixe les ambitions de l’équipe nationale A du Sénégal. Avant de prendre le chemin d’Alicante, en Espagne, le Lion d’Everton et ses co-équipiers ont commencé à répéter leurs gammes à Diambars, club de formation du plus expérimenté du groupe avec 63 sélections à son actif dont la première remonte à 2011. Comme dans l’interview exclusive accordée à Emedia.sn et iRadio le 24 avril 2019, Idrissa Gana Guèye a clamé à nos confrères de RFI sa volonté d’éviter les erreurs des deux précédentes CAN et réaffirmé son statut de leader, discret, mais pas timide, au sein d’une Tanière dont il est le plus ancien membre.

Sa saison en Premier League avec Everton

« C’était une saison plutôt mitigée. On a été très bons un moment comme on a été très mauvais un autre moment. C’est vrai qu’on a bien commencé la saison, et après, au mois de décembre, avec beaucoup de difficultés, on s’est retrouvé au bas du tableau. (Puis), on a fini très fort, ce qui nous a permis d’occuper cette 8e place. C’est une saison fatigante et mitigée mais au bout, on est satisfait de ce qu’on a eu à la fin. »

En forme pour attaquer la CAN ?

« Je me suis bien reposé pour les vacances, et maintenant, on est tous en forme pour attaquer la CAN. Donc, il faudra bien se préparer. »

Etat d’esprit du groupe après le quart de finale (perdu) au Gabon en 2017 ?

« Souvent, on est frustrés de sortir au premier tour et en quart de finale la dernière fois. Donc, on a plutôt envie de bien faire et de changer les choses surtout pour l’histoire du Sénégal parce qu’on a toujours pas gagné la CAN. C’est un objectif pour nous, et on espère qu’on l’atteindra. On fera tout ce qu’il faut en tout cas pour aller le plus loin possible. »

Est-ce lourd pour le Sénégal de porter le statut de favori ?

« Cela peut être un poids de plus si on se met la pression tout seul mais je crois qu’on a assez d’expérience pour faire la différence des choses et les séparer pour se concentrer sur notre objectif. Ne surtout pas s’enflammer parce que comme vous le savez la CAN, ce n’est jamais facile, et ce n’est pas l’équipe désignée favorite qui la gagne forcément. Il y a toujours des surprises. Donc, il faut s’attendre à tout et surtout, il faudra être prêt à affronter toutes les équipes. »

Le Sénégal a l’un des meilleurs effectifs africains actuels mais lors des précédentes compétitions, que les Lions avaient tendance à se crisper lors des moments décisifs. Comment est-ce que vous allez faire pour essayer de vous améliorer sur le plan mental ?

« C’est vrai qu’on a l’effectif qu’il faut mais on n’arrive pas à passer ce cap-là et à faire la différence pendant les moments importants. Là, on va bien parler entre nous, et surtout bien travailler et ne pas refaire les mêmes erreurs qu’on a pu commettre pendant les éditions précédentes. Voilà, cela ne sera pas facile. Peut-être qu’avant, on avait tendance à faire trop de calculs, cette fois-ci, il faudra y aller sans calculer. »

HABIB BÈYE, ancien international sénégalais : « (Gana) me parait très discret comme joueur alors que sur le terrain, il en montre beaucoup, il récupère beaucoup de ballons et il a beaucoup de personnalité. Mais ce que j’aimerai savoir c’est quel est son rôle dans l’équipe. Est-ce qu’il est un relais d’Aliou Cissé ? Où est-ce qu’il veut prendre plus de responsabilités dans cette compétition que le Sénégal doit gagner ? »

« Bien entendu. C’est vrai que je suis assez discret mais pas timide. Juste un rôle de leader dans cette équipe même si je ne porte pas le brassard de capitaine. Je joue mon rôle en dehors et sur le terrain. Je parle beaucoup avec les joueurs quand il faut rectifier certaines choses. Quand il faut faire des réunions, je suis le premier à les organiser. C’est vrai qu’il faudrait que je prenne ce rôle encore plus, et essayer de trouver encore d’autres personnes, qui pourront faire qu’on pourra jouer ce rôle entre les joueurs et Aliou Cissé. Je pense que tout est déjà bien installé pour aller à la CAN. »

Comment à titre personnel, vous arrivez à vous concentrer alors que vous faites l’objet aujourd’hui de toutes les attentions en Angleterre et en France ?

« Pour moi, c’est très simple, j’arrive à ne pas lire les journaux et à ne pas aller trop dans les réseaux sociaux pour rester concentré autour des objectifs pour la CAN, et surtout j’ai des gens autour de moi qui sont payés pour s’occuper de tout ça, (mercato, entre autres) sans moi, pour me permettre de rester concentré sur la CAN. »

Sadio Mané est le co-meilleur buteur de la Premier league et le vainqueur de la Ligue des champions avec Liverpool. Est-il, selon vous, le meilleur atout de l’équipe des Lions de la Téranga ?

« Ça, il n’y a pas de doute là-dessus. C’est notre meilleur joueur. Tout le monde le sait et, c’est notre meilleur atout. Mais, après, on a d’autres joueurs capables aussi de faire la différence (Koulibaly, Mbaye Niang, etc.), capables d’amener l’équipe le plus loin possible. »

Derby Liverpool-Everton. Est-ce que c’est difficile de marquer votre copain Sadio Mané quand vous êtes dans l’équipe d’en face ?

« C’est très difficile parce qu’il passe de zéro à dix, il va très vite sur ses appuis, un joueur technique à l’aise avec le ballon. Oui, c’est compliqué de défendre contre lui. »

On imaginait que le Sénégal était l’une des équipes qui irait plus loin à la Coupe du monde en Russie. C’est-à-dire qui pouvait passer en huitièmes de finale. Cela avait très bien commencé avec la Pologne (2-0). Est-ce que cette expérience, vous avez l’impression que vous l’avez digérée ? Que vous pouvez vous appuyer dessus pour que ce soit mieux pendant la CAN ?

« J’espère bien parce qu’on en aura besoin. Jusque-là, on a su montrer que cette Coupe du monde était derrière nous. On a su se qualifier pour la CAN. Maintenant, il faudra se servir de nos erreurs pour avancer dans cette compétition. »

Vous avez joué à Lille, vous avez été champion de France et remporté la Coupe de France face au PSG. Est-ce que vous suivez toujours l’équipe du LOSC auquel vous avez appartenu ?

« Bien sûr, je ne rate pas un match si j’ai la possibilité de les regarder avec quelques joueurs comme le capitaine Adama Soumaho, qui est un très bon ami à moi. Pas plus tard qu’hier, je l’avais au téléphone. C’est une équipe que je suis toujours. Je suis très très fier de ce qu’ils ont fait cette saison.

Est-ce que la Ligue 1 vous manque ?

« "La Ligue 1 me manque", c’est trop dire mais c’est un championnat que je suis comme le championnat allemand. »

Est-ce que si le PSG vous faisait encore la cour, vous aimeriez venir y jouer ? Par exemple, on dit que vous plaisez bien à Solskjær.

« C’est très compliqué de répondre à cette question parce que c’est deux (2) grands clubs. Pour le moment, je suis concentré au maximum sur la CAN. Et, pour le moment, j’appartiens à Everton. On en reparlera au bon moment. »

Vous pouvez réagir à cet article