« JE NE LUI AI PAS VERSÉ DE L’ESSENCE MAIS DU DILUANT »

news-details
LES CONFESSIONS D’AÏDA MBACKÉ AU JUGE

Aïda Mbacké a été placée sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du 8e cabinet. Elle est donc, depuis ce jeudi, pensionnaire de la Maison d’arrêt pour femme (Maf) de liberté 6. Elle a été inculpée pour assassinat avec préméditation.

Selon des sources de Emedia.sn, lors de son face à face avec le magistrat instructeur, la dame n’a pas nié les faits. Elle a même exprimé ses regrets, soutenant n’avoir jamais eu l’intention de commettre un acte criminel. « Je ne l’ai pas brûlé avec de l’essence. J’ai utilisé du diluant. On l’avait acheté pour le vernissage de nos meubles. Je ne voulais pas le tuer. Je n’en avais pas l’intention. J’étais en colère quand il m’a annoncé son second mariage. Je ne pouvais plus me contrôler. J’ai agi sous le coup de la colère. Je lui ai dit que puisqu’il avait pris une deuxième épouse, nous allions tous mourir », a confié Aïda Mbacké.

« Khadim Mbacké refusait de m’accompagner à la clinique »

L’accusée a également fait part, devant le magistrat, de différends qui existaient parfois entre elle et son défunt mari. A l’en croire, alors qu’elle était en état de grossesse, ce dernier refusait de l’accompagner à la clinique pour honorer ses rendez-vous. « Ce jour-là, la dame est rentrée à la maison en colère », souffle notre source.

Vous pouvez réagir à cet article