Kalidou Diallo : « Un enseignant recruté par l’Etat ne peut pas enseigner ailleurs »

news-details

Pour gonfler leurs salaires, la majorité des enseignants est, actuellement, dans le business des emplois parallèles plus connu sous le nom de ’’Khar matt’’. L’As fait ce constat dans son édition du jour. Interrogés par le journal, des professeurs sont passés aux aveux. C’est le cas d’El Hadji A. G.
Professeur d’Histoire et Géographie depuis dix ans au Lycée de Thiaroye, il dit « pratiquer le ’’Khar matt’’ depuis des années. « Actuellement, précise-t-il, je n’exerce que dans deux écoles privées supplémentaires. Ça me suffit largement car les cours que j’y dispense me permettent de gagner en moyenne 200 mille francs CFA par mois, s’il y a des jours fériés. Dans le cas contraire, je gagne un peu plus ».
Cette pratique est pourtant interdite par la loi n°61-33 de 1961qui régit l’éducation, selon les précisions de Kalidou Diallo, l’ancien ministre de l’Education nationale sous Wade, dans les colonnes de l’As.
Il dit : « Un enseignant recruté par l’Etat du Sénégal ne peut pas enseigner ailleurs. C’est pour cette raison que j’avais sorti une circulaire qui rappelait ce principe », soulignant que l’actuel ministre, Serigne Mbaye Thiam, a rappelé la disposition l’année dernière même lorsque les enseignants étaient en grève.

Vous pouvez partager cet article