L’AFRIQUE FAIT FACE À UN DÉFICIT DE 470 MILLIONS DE DOSES DE VACCINS

news-details
Covid-19

Alors que le Mécanisme COVAX est contraint de réduire ses expéditions de vaccins anti-COVID-19 destinées à l’Afrique d’environ 150 millions de doses, le continent se retrouve face à un déficit de presque 500 millions de doses par rapport à l’objectif mondial fixé pour la fin de l’année, à savoir vacciner entièrement 40 % de sa population. Cette insuffisance de vaccins intervient alors que l’Afrique a franchi cette semaine la barre des 8 millions d’infections.

En prenant en compte ce déficit, 470 millions de doses de vaccin seront réceptionnées sur le continent par le canal du COVAX et permettront de vacciner seulement 17 % de la population, soit une valeur largement inférieure à l’objectif fixé à 40 %. Si tant est que les expéditions prévues par le canal du COVAX – une initiative multilatérale visant à garantir au monde entier l’accès aux vaccins d’importance vitale contre la COVID-19 – et de l’Union africaine sont effectuées, 470 millions de doses supplémentaires seront nécessaires pour atteindre l’objectif fixé pour la fin de l’année.

« Les interdictions d’exportation et l’accumulation de vaccins entravent l’approvisionnement de l’Afrique en vaccins. Tant que les pays riches s’emploieront à écarter le COVAX du marché, l’Afrique ne pourra pas atteindre ses objectifs de vaccination. Les immenses disparités en matière d’équité d’accès aux vaccins sont loin d’être comblées aussi rapidement qu’il le faut. Il est temps que les pays producteurs de vaccins passent à l’action et aident à protéger les personnes les plus vulnérables », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique.

Les interdictions d’exportation, les difficultés liées à l’augmentation de la production sur les sites de fabrication du COVAX et les retards enregistrés dans les demandes d’approbation réglementaire de nouveaux vaccins entravent les livraisons. Le COVAX a donc appelé les pays donateurs à partager leurs calendriers d’approvisionnement afin de clarifier la question des livraisons.

En outre, le Mécanisme COVAX a appelé les pays qui disposent de stocks suffisants de vaccins à céder leur place dans la file d’attente pour les livraisons. Les fabricants doivent livrer les vaccins au COVAX selon des engagements fermes et les pays dont les campagnes de vaccination sont très avancées doivent accroître et accélérer les dons, tout en veillant à ce que les doses soient disponibles en quantités plus importantes et plus prévisibles, avec des durées de conservation plus longues.

Environ 95 millions de doses supplémentaires devraient être réceptionnées en Afrique par le canal du COVAX au cours du mois de septembre, ce qui constituera la plus grosse expédition jamais reçue sur le continent en l’espace d’un mois. Cependant, malgré la reprise des expéditions, l’Afrique n’a pu vacciner que 50 millions de personnes, soit 3,6 % de sa population.

Environ 2 % des près de six milliards de doses administrées dans le monde entier l’ont été en Afrique. L’Union européenne et le Royaume-Uni ont vacciné plus de 60 % de leurs populations et les pays à revenu élevé ont administré 48 fois plus de doses par personne que les pays à faible revenu.

« La vertigineuse inégalité d’accès aux vaccins et l’énorme retard accusé dans les expéditions de vaccins menacent de transformer les régions à faible taux de vaccination d’Afrique en zones de reproduction de variants résistants aux vaccins, ce qui pourrait ramener le monde entier à la case départ », a insisté la Dre Moeti.

Vous pouvez réagir à cet article