image

LA CAF TOURNE EN ROND

image

La réunion du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (Caf) ce dimanche 3 juillet à Rabat (Maroc) a été l’occasion d’annoncer le lancement de la Superligue africaine, d’acter l’officialisation du nouveau décalage de la Can 2023, de confirmer le retour des finales aller-retour. Fixer la Coupe d’Afrique des Nations en pleine période hivernale a toujours été considéré comme une hérésie par les spécialistes du football africain.

La pluie à Abidjan fait décaler la Can 2023

Après s’être longtemps entêtée, cédant surtout aux complaintes des clubs européens gênés par la programmation de la Can entre janvier/février, en pleine saison, la Caf a finalement accepté de faire rétropédalage forcé. Mise devant le fait accompli par les pluies diluviennes tombées dernièrement sur la Côte d’Ivoire, la Caf a donc validé le décalage de l’édition 2023. Initialement prévue en juin, la compétition se tiendra désormais entre janvier et février 2024, soit un décalage de six mois comme pour l’édition organisée au Cameroun en début d’année.

Lancement de la Superligue en août 2023

C’est donc sans une once d’une surprise que la Caf a entériné une série de décisions qui confirment l’impression qu’elle donne de naviguer sans destination fixe ou du moins d’être pilotée sous influence extérieure. Il ne fait même plus l’ombre d’un doute que la main du président de la Fifa est présente puisque l’homme participe directement aux grandes réunions du Comex de la Fifa. « Il ne faut pas s’étonner de me voir participer aux réunions de la Caf ; car, en ma qualité de président de la Fifa, quand je viens en Afrique, je viens voir des fédérations qui sont membres de la Fifa avant d’être membre de la Caf », répondait-il à une question de Emedia sur son ingérence aux affaires africaines. Il y a un an, quand Infantino plaidait pour une Superligue de Clubs en Afrique au moment où elle rejetait la même compétition en Europe, on se doutait bien que l’instance dirigeante du football africain n’allait pas tarder à mettre en œuvre la volonté du chef. C’est désormais chose faite.

L’officialisation a été faite par le président sud-africain de la Caf, Patrice Motsepe, qui a repris les mêmes arguments qu’Infatino pour enjoliver le nouveau tournoi qui viendra enrichir l’offre de compétitions sur le sol africain. L’argent, avec une prize money portée à 10 millions de dollars (environ 5,5 milliards FCFA pour le club vainqueur) grâce à des droits TV négociés autour de 20 millions de dollars, l’innovation avec 3 poules de 8 équipes regroupées en fonction des zones géographiques (Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest et du Centre, Afrique de l’Est et du Sud), et la compétitivité avec les 24 meilleurs clubs en lice pour un événement dont la première édition est prévue pour le mois d’août 2023. Les 5 premiers des trois groupes et le meilleur sixième seront ensuite qualifiés pour les huitièmes de finale.

Finales interclubs : changement de formule

Autre décision du comité exécutif : le retour à l’ancienne formule des finales en format aller/retour, qui fait suite à une grosse polémique lors des finales de la Ligue des Champions et de la Coupe des Confédérations. Depuis 2020, avec la survenue de la Covid 19, les finales se disputaient sur une rencontre unique. La dernière finale de la Ligue des Champions, opposant, disputée à Casablanca (Maroc) un club de la ville hôte, le Wydad AC, à un rival égyptien, Al Ahly (2-0) a suscité une grosse polémique, les Égyptiens jugeant injuste la tenue d’une telle affiche ailleurs que sur terrain neutre, fustigeant le fait que la décision de faire jouer a été prise en pleine compétition. Une autre "CAFerie"…

Babacar Ndaw FAYE

4 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article