image

LA MINUSMA PARTIRA ? PARTIRA PAS ?

image

El-Ghassim Wane, chef de la MINUSMA, dans un contexte de tensions avec les autorités maliennes et l’arrestation à Bamako de 49 militaires ivoiriens qui suscite de très vives tensions entre les deux pays, a accordé un entretien avec RFI. Selon le dirigeant de la MINUSMA, la suspension des relèves des contingents n’a pas arrêté leur travail « le travail évidemment a continué, mais il est évident qu’un retard dans les relèves a forcément un impact sur le moral des troupes, sur l’efficacité opérationnelle. Cela dit, le travail s’est poursuivi et je voudrais saisir cette occasion pour féliciter nos personnels en uniforme pour l’engagement dont ils ont fait montre tout au long de leur déploiement ici au Mali », a-t-il précisé. Il poursuit « jusqu’ici tout se passe bien, il n’y a pas de raison pour que les choses ne continuent pas sur la même voie, et que les 7 000 personnels qui sont affectés par cette opération puissent être déployés et redéployés pour certains dans leur pays d’origine, dans les délais prévus ».

Rappeler qu’au cours d’une réunion avec les autorités maliennes le 1er aout, il est retenu que les relèves vont se poursuivre pendant une période de quatre semaines et vont concerner 3 500 personnels entrant et partant, donc 7 000 au total. C’est une opération extrêmement complexe qui implique évidemment les autorités maliennes et la Minusma ici, mais également notre siège à New-York et les pays contributeurs de troupes, une opération qui demande une coordination extrêmement étroite.

La MINUSMA va rester au Mali
Comme vous le savez, le mandat de la mission a été renouvelé à la fin du mois de juin, et les autorités maliennes ont clairement indiqué qu’elles souhaitaient que la Minsuma reste » a-t-il éclairé.
Se justifiant, il déclare que : « dans un pays de 20 millions d’habitants, toutes les opinions ne sont pas uniformes, forcément, il y a des critiques, mais je peux vous assurer d’une chose : je me rends très fréquemment à l’intérieur du Mali, j’interagis fréquemment avec les autorités maliennes, tous mes interlocuteurs sont en faveur du maintien de la Minusma. Cela dit, nous restons évidemment à l’écoute, y compris de ceux qui critiquent notre action ».

Sur les relations avec la junte, il les trouve bonnes. « Je dirais que nous avons de bonnes relations avec les autorités maliennes, nous avons accès à elles quand nous le souhaitons, y compris évidemment le Président de la transition, mais nous travaillons aussi beaucoup avec les membres du gouvernement qui s’occupent de dossiers spécifiques et qui sont nos interlocuteurs premiers, et je voudrais les remercier pour leur disponibilité ».

« Le souhait de tous est de voir les efforts en cours aboutir »
Pour finir, en ce qui concerne l’affaire des 49 militaires détenus à Bamako, le mauritanien soutien qu’ « il y a des efforts soutenus qui sont déployés au niveau de la région, qui sont soutenus également par nombre d’acteurs internationaux qui visent à régler cette question, et le souhait de tous est que ce règlement puisse être trouvé dans les délais les plus brefs possible, et je crois que c’est à cela que tout le monde œuvre ».

Hawa TOUMAGNON (Stagiaire)

17 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article