image

« LA VOCATION DU HCCT N’EST PAS DE CONSTRUIRE DES CENTRES DE SANTE OU… »

image

Le Haut conseil des collectivités territoriales a rappelé « l’importance et l’utilité de l’institution dans la gouvernance locale ». Face à la presse, le 1er vice-président, Mael Thiam, considère par ailleurs, que leur vocation s’arrête à émettre des avis et des recommandations auprès du Président de la République.

Les hauts conseillers des collectivités territoriales ont répondu aux dernières déclarations de l’opposition sur l’utilité du HCCT. Devant la presse, ce mardi 16 août, le 1er vice-président de ladite institution, Mael Thiam, considère qu’il serait « nécessaire de donner les bonnes informations et d’éclairer la lanterne des populations et des compatriotes sur les confusions malencontreusement entretenues ». M. Thiam déclare qu’ « Il a été noté des déclarations erronées, des jugements hâtifs sur l’utilité du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) ».

Le Haut conseil des collectivités territoriales « n’a pas vocation à voter des lois, ni à construire des centres de santé ou des écoles. L’institution est une « Assemblée consultative auprès des pouvoirs publics, représentative auprès des collectivités territoriales, spécialisée sur les questions de décentralisation, de promotion de la gouvernance locale, qu’il étudie pour en donner des avis destinés au Président Macky Sall », ajoute le vice-président.

Des membres de l’opposition, notamment ceux de la coalition Yewwi Askan wi et de wallu Sénégal, ont déclaré qu’ils ne participeraient pas aux prochaines élections des hauts conseillers des collectivités territoriales. Ainsi, considérant l’institution comme « budgétivore et d’aucune utilité publique », ils exigent sa suppression pure et simple.
Mis sur place depuis 2016, le Haut conseil des collectivités territoriales a produit des « rapports et a remis des avis au Président Macky Sall ».

Conformément à ses missions et attributions, « en 5 ans, le HCCT a élaboré de nombreux avis, des recommandations, des contributions, des études sur des thématiques aussi variées en cohérence avec les trois axes du Plan Sénégal Emergent (PSE) », souligne M. Thiam, brandissant devant la presse des « rapports destinés au Président ». Mael Thiam précise que « cinq rapports dont quatre annuels et un quinquennal ont été produits ». Évoquant la limitation du champ de communication du HCCT, Mael Thiam précise que « conformément aux lois, les rapports de l’institution sont exclusivement à l’estimation du président de la République », répond-t-il à ceux qui considèrent que le HCCT « n’a jamais produit de rapports ».
« Les rapports de l’institution sont exclusivement à l’estimation du président de la République »

Ainsi, il fait savoir que « quatre (4) contributions, six (6) études, vingt-six (26) avis répartis en 548 recommandations motivées ont été élaborés et mis à la disposition de Macky Sall ». Ces avis et recommandations « ont poussé le Président à élargir le champ d’intervention du Pacasen (Programme d’appui aux communes et agglomérations du Sénégal) qui a bénéficié à 450 collectivités territoriales », renseigne M. Thiam. « Nous avons inspiré le président à revoir, examiner et à réformer le statut du chef de village. Nos recommandations et avis ont également permis de proposer la réactualisation de certains textes législatifs et réglementaires dans certains secteurs et d’apaiser le climat social », renchérit-il, assuré.

Le HCCT s’appuie sur une cohérence politique, dixit-il. « L’utilité du Haut conseil peut s’illustrer à travers les résultats tangibles obtenus en si peu de temps », rajoute M. Thiam. Avant d’évoquer que l’institution « regroupe des représentants des collectivités territoriales qui sont à la charge de la gestion du quotidien de nos compatriotes, mais également renforcée par des experts, des juristes, des environnementalistes, des membres de la société civile. Même les familles religieuses du pays sont représentées dans le Haut Conseil ».
Ce qui présage, selon Mael Thiam, le « potentiel de collecte d’informations utiles du HCCT à la prise de décisions favorables à l’épanouissement de nos concitoyens mais également au développement des zones locales ». Ainsi, dans le cadre de la promotion des bonnes pratiques, le 1er vice-président informe que le Haut Conseil « a reboisé une superficie de 50 ha dans la commune de Léona, dans le département de Louga, pour aider les collectivités territoriales à créer des pouvoirs communaux pour faire face aux aléas du changement climatique ».

Moustapha GUEYE (Stagiaire)

16 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article