LE CEMGA TEND LA MAIN AUX AUTRES FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ

news-details
PSYCHOSE DE L’INSÉCURITÉ PUBLIQUE

Le Général Birame Diop, Chef d’État-major général des Armées (CEMGA), mobilise les troupes face à l’insécurité qui a fini d’installer la psychose chez les populations. « Aujourd’hui, a-t-il dit, la typologie des menaces requiert que toutes les forces de défense et de sécurité travaillent la main dans la main, pour pouvoir faire face de manière efficace aux différents défis très complexes, très ambigus auxquels nous sommes de plus en plus confrontés. Donc, l’Armée comme elle l’a toujours fait, continuera à tendre la main à toutes les autres composantes des forces de défense et de sécurité notamment à la gendarmerie et à la police mais aussi à d’autres composantes pour pouvoir faire le travail de sécurisation de l’entièreté de notre territoire national ».

Le général a fait cette déclaration lors de sa visite hier jeudi, 13 février, à la zone militaire n°3, à Kaolack. Le nouveau CEMGA continue ses prises de contacts depuis son installation le 7 janvier dernier par le ministre des Forces armées, Me Sidiki Kaba, au camp Dial Diop. Informé des conditions de vie et de travail des militaires de la zone, il leur a promis une amélioration.

Déclinant alors sa feuille de route, le successeur de l’ex-CEMGA, Cheikh Gueye invoquait le contexte géopolitique actuel, lui dictant le cap à suivre. A savoir, énonçait-il, « renforcer au plan interne, les dividendes d’une paix durement acquise et se donner les moyens de barrer la route à toutes les formes de menaces externes. Pour y parvenir, tout en consolidant les importants succès déjà engrangés, mon ambition est de placer les armées dans des conditions optimales au triple plan organisationnel, opérationnel et logistique, adossé à l’amélioration de la condition militaire. »

« Faire face aux aléas »

Parlant de « culte de la performance », il souligne l’exemplarité des chefs, l’obéissance active des subordonnés et surtout le plaisir dans le travail. « Alors seulement, serons-nous prêts à faire face aux aléas d’un environnement sécuritaire qui ne laisse aucune chance aux organisations gagnées par l’inertie et la routine », plaide-t-il.

Selon une note biographique reçue des armées sénégalaises, le Général de corps aérien, Birame Diop, né le 29 mars, 1961 à Thiès (Centre), a intégré le Prytanée militaire de Saint-Louis, après une brillante scolarité dans l’école primaire de sa ville natale. Après l’obtention du baccalauréat scientifique, il est admis à l’Ecole royale de l’Air de Marrakech (Maroc) en 1981.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur en aéronautique et de pilote de transport à sa sortie d’école en 1985, puis celui d’officier de sécurité des vols en Californie en 1992, entre autres, le Général Diop est diplômé de l’Ecole d’état-major de l’université d’Alabama des Etats –Unis et breveté du Collège interarmées de défense de Paris.

Il a occupé toutes les fonctions dévolues à un officier air : chef de bureau en 1989 à celle de chef d’état-major de l’armée de l’air en 2015. Il a été, de décembre 2017 à janvier 2019, le chef d’État-major particulier du président de la République.

Vous pouvez réagir à cet article