LE COS/M23 DÉNONCE LA TENTATIVE D’ISOLEMENT DU PR SEYDI

news-details
GESTION DE LA PANDÉMIE

Professeur Moussa Seydi est victime d’une tentative d’isolement de la part des autorités. C’est en substance ce que pense le mouvement Cos M23. S’il en est ainsi, c’est parce que l’épidémiologiste, chef du service des maladies infectieuses a mis à nu la politique sanitaire du pays. « Nous pouvons dire qu’il est en train d’être isolé, parce que depuis l’évènement de Ziguinchor, nous ne voyons plus Pr Seydi au-devant de la scène du combat contre la Covid-19. Actuellement, nous ne savons plus le rôle qu’il joue dans le dispositif du traitement alors qu’il était en première ligne de la bataille », a déclaré, sur Iraio (90.3), le chargé de l’organisation du Cos M23.

Pour les responsables du CosM23, en montrant les carences de l’hôpital de Ziguinchor, Pr Seydi n’avait fait que décrire une situation que tout le monde sait déjà. Sa position, ont-ils indiqué, peut se comprendre dans la mesure où il avait agi en bon scientifique qui ne connaît que le langage de vérité. « Qu’est-ce que le Professeur Seydi nous apprend qu’on ne sait déjà ? La carence dans nos structures hospitalières est un secret de polichinelle. Covid ou pas Covid, c’est ça la vérité. Chères autorités, ne jouez pas avec le feu. Dites-nous la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Nous ne demandons que cela », ont-ils écrit sur leur tribune rendue publique.

Pour les responsables du CosM23, la langue de bois n’est pas scientifique. Ce que Pr Seydi a bien compris en restant sur sa posture de médecin. « Loi d’habilitation ou pas, cette crise doit être gérer avec responsabilité. Nous n’accepterons qu’elle soit une foire pour les opportunistes. L’épisode de l’aide alimentaire est toujours frais dans nos mémoires. Nous ne sommes plus à l’ère de la communication circonstancielle et politicienne. Aussi, non à une gestion politicienne de la situation. Nous parlons de sécurité nationale, nous parlons d’enjeux politiques, économiques et diplomatiques », ont-ils déclaré.

Vous pouvez réagir à cet article