LE COUD REPOND AUX ETUDIANTS

news-details
Ouverture Campus universitaire

Khalifa Diagne, chef du département de la gestion des cités universitaires et de la vie estudiantine au Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD), monte au créneau après l’ultimatum des étudiants. L’Invité de la matinale ’’Dakar direct’’ tempère sur Iradio.

« Il s’agit d’un malentendu, dit-il. Ce qui s’est passé, c’est qu’en début de semaine, les étudiants avaient manifesté et avaient donné un ultimatum de 48 heures pour la réouverture des cités universitaires. Et, entre temps, le problème qui nous empêchait d’ouvrir à savoir celui lié à la gestion de la restauration universitaire a trouvé une solution. Et, nous avions bien avant la manifestation, dit à des étudiants que nous allions sortir un communiqué pour annoncer la date de réouverture des cités universitaires, fixée au 12 novembre. Mais les étudiants (qui) ont également des structures syndicales, ont voulu continuer leur plan d’actions, se mobiliser et faire le tour de la cité universitaire pour voir est-ce qu’il y a des dispositions qui sont en train d’être prises. Je pense qu’ils l’ont constaté. »

Aujourd’hui, assure Diagne : « L’essentiel des conditions sont réunies », précisant que « quand on ouvre une cité universitaire, ce n’est pas uniquement la question liée à l’hébergement. Il y a la prise en charge médicale, la question vitale de la restauration. Justement, c’est ce volet qui n’était pas réglé. C’est la raison pour laquelle, on n’avait pas voulu accéder à la demande des étudiants. Là, il y a eu des réactions entre temps et il y a bon espoir que lundi, nous puissions ouvrir les cités universitaires. »

S’agissant du cas des travailleurs du COUD qui dénoncent des retards et arriérés de salaires, Khalifa Diagne évoque un « déficit budgétaire à tel enseigne que parfois sur certains volets nous avons des difficultés pour la question liée aux salaires des permanents ». Mais, à ce propos, soutient-il : « Les virements ont commencé pour ceux qui sont par exemple de la SGBS, leurs virements ont été validés. C’était un problème de Trésorerie parce que les salaires étaient budgétisés et bien sécurisés. C’est l’Agent comptable particulier (ACP) qui gère sa trésorerie et qui a eu des difficultés en un moment donné. »

Vous pouvez partager cet article