LE FILM ’’MBAS MI’’ POUR INTERPELLER SUR LA RESPONSABILITÉ DE L’HOMME

news-details
COVID-19

Jean Gaï Ramaka vient de réaliser un court-métrage intitulé ’’Mbas mi’’ (la pandémie en wolof). Une façon pour lui de participer à la sensibilisation à travers une relecture cinématographique du roman "La Peste’’ de l’écrivain français Albert Camus.

Invité de Radio Sénégal, il explique : « Je suis citoyen et à ce titre, je me devais de ce que je sais faire participer à la grande mobilisation contre la Covid-19. Comme je suis confiné, j’ai relu un certain nombre de textes notamment celui de Camus sur La Peste. Ça fait déjà très longtemps mais cela m’a ramené bien sûr à la situation désastreuse dans laquelle on est aujourd’hui. Je me suis donc inspiré de ce texte de Camus pour pouvoir parler de notre situation, en temps de ’’Mbas mi’’ comme on le dit. C’est des choses que l’histoire connait déjà plus ou moins intensément mais à mon avis c’est aussi peut-être l’occasion pour réfléchir sur ce que nous sommes. Ça parle d’une réflexion que les hommes se sont posés. Nous sommes tout petit dans un univers immensément grand. Et nous avons tendance à l’oublier. Nous avons tendance à penser que nous sommes au centre de l’univers alors que nous sommes qu’une infime partie de cet univers. Et à mon avis, si nous ne faisons pas assez attention dans l’exercice de notre liberté à respecter la liberté des autres composantes de la planète, je pense que beaucoup de choses malheureuses qui nous arrivent aujourd’hui, découlent de cette incapacité, de cet égoïsme que nous avons de ne pas tenir compte des autres composantes ».

En conclusion, le réalisateur ajoute que « tout ce qui nous arrive est en grande partie la faute de l’homme ». Il en veut pour preuve : « Le virus c’est nous qui le transportons, et le redistribuons ».

Vous pouvez réagir à cet article