image

LE VARIANT OMICRON PLUS DANGEREUX QUE DELTA ?

image

La découverte du nouveau variant sud-africain Omicron inquiète même s’il reste encore mystérieux sur ses effets. Les pertes causées par le variant Delta encouragent les autorités sanitaires du monde entier à prendre des mesures préventives.

Ce variant jugé "préoccupant" par l’Organisation mondiale de la santé a également été signalé à Hong Kong, un cas en Israël et un autre au Botswana. Selon l’OMS, il faudra du temps pour comprendre le niveau de transmissibilité et de virulence du variant Omicron.

"Je sais que c’est très dur pour les Sud-Africains qui ont fait ce qu’il fallait et ont été très rapides et vigilants dans leurs rapports. Mais je pense simplement que nous avons été si lents à agir face au variant Delta et le monde entier en a payé le prix fort. Essayons d’être prudent et de faire les choses correctement cette fois-ci. Donc je pense que c’est probablement justifié" soutient Danny Altmann, professeur d’immunologie à l’Imperial College London.

"Je pense que l’on peut à la fois espérer le meilleur et craindre le pire. Donc, d’une certaine manière, si vous regardez les limites de la biologie moléculaire, cela semble même beaucoup plus effrayant que le variant Delta. J’ai pensé un moment que le Delta serait le variant le plus dangereux, que ça ne pouvait pas être pire. Pourtant,c’est peut-être le cas. D’un autre côté, l’Afrique du Sud n’a pas encore signalé de cas plus graves, et il semble que les vaccins puissent encore faire quelque chose, car nous avons entendu hier que les personnes hospitalisées avaient tendance à être plutôt des personnes non vaccinées que vaccinées." ajoute le professeur.

D’ores et déjà, les scientifiques tentent de comprendre les mutations de ce nouveau variant. La société pharmaceutique Moderna a annoncé vendredi son intention de développer une dose de rappel spécifique

"Même si dans ce cas précis, que le variant provienne du Botswana ou de l’Afrique du Sud, des pays équipes en vaccin, le continent africain connaît une pénurie de vaccins par rapport à l’Europe ou à l’Amérique du Nord. Et cela montre à quel point c’est imprudent. Nous ne faisons que favoriser la naissance de futurs variants qui viendront nous hanter. Pourquoi faisons-nous cela ?" Danny Altmann, professeur d’immunologie.

AFP

28 novembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article