LES ÉLUS LOCAUX À L’ÉCOLE DE LA GESTION FINANCIÈRE

news-details
Acte III de la décentralisation

Un atelier de formation sur la gestion financière des collectivités locales à l’attention des élus locaux s’est tenu, ce jeudi, à Dakar. Ce séminaire entre dans le cadre du Programme d’appui aux communes et agglomérations du Sénégal (Pacasen) qui est un programme du gouvernement du Sénégal, financé à hauteur de 130 milliards de francs CFA.

Selon Mamadou Wade, secrétaire général de l’Agence de développement municipal, ce séminaire a pour objectif principal d’accompagner l’opérationnalisation de l’acte III de la décentralisation sur un certain nombre d’aspect. Le premier aspect, explique-t-il, c’est l’amélioration des ressources financières des collectivités territoriales avec des réformes structurantes, des réformes de mécanismes de transfert financier de l’Etat et des collectivités territoriales. C’est, à son avis, ce qui a permis de réformer l’ancien fonds d’équipements des collectivités territoriales qui a été restructuré, réorganisé.

« Maintenant, on paie par guichet. Il y a quatre guichets. Il y a le guichet à dotation globale d’équipements qui permet les collectivités territoriales de démarcher à ce guichet sur la base de critères permettant une répartition équitable des ressources. Il y a le guichet spécial qui permet à l’Etat d’accompagner les services des collectivités locales. Il y a le guichet in-territorialité qui a pour vocation d’inciter les communes à se regrouper, à mutualiser leurs forces. Et enfin, il y a le guichet performance qui permet aux collectivités locales d’améliorer leur gouvernance. Ce dernier guichet permet aux communes d’accéder à des ressources conditionnées par un certain nombre de performances », a expliqué M. Wade. Pour sa part, le directeur du secteur public local, Amadou Bousso Faye a fait savoir que le Pacasen est un programme qui promeut la performance à travers des conditions minimales obligatoires que les collectivités territoriales doivent remplir pour accéder aux financements. « Il est bien que les collectivités territoriales gèrent les ressources mais il est encore mieux qu’elles les gèrent dans une optique de performance. C’est la raison pour laquelle dans le cadre du Pacasen, on a identifié des conditions minimales obligatoires qui sont des conditions qui affichent la transparence et la redevabilité.

A travers ce programme, une fois que les collectivités territoriales ont atteint ces conditions minimales obligatoires, il est prévu un guichet spécial qui leur permet de prétendre à des financements parce qu’elles ont été performantes », soutient-il.

Vous pouvez réagir à cet article