LES PERSONNES HANDICAPÉES ONT ENCORE LA VIE DURE AU SÉNÉGAL

news-details
JOURNÉE MONDIALE

« Malgré les avancées, il reste encore beaucoup de choses à faire ». C’est le constat fait par le président de la Fédération des associations de personnes handicapées, Yatma Fall. Il se prononçait, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la journée mondiale dédiée aux personnes vivant avec un handicap, célébrée chaque 3 décembre.

Parce que, justifie-t-il, « l’objectif de la carte d’égalité des chances, instituée dans la loi d’orientation sociale est de faciliter aux personnes handicapées leur accès aux services sociaux de base (éducation, santé, formation, transport, habitat, etc.), n’est pas encore effectif. » De sorte que, martèle-t-il, « ceux qui aujourd’hui ont la carte d’égalité des chances n’ont aucun accès à ces différents services. »

En face, Mamadou Lamine Faty, le directeur de la promotion et de la protection des personnes handicapées au ministère de la Santé et de l’Action, retient les avancées enregistrées. « A l’heure du bilan, chiffre-t-il, l’Etat du Sénégal a produit plus de 50 000 cartes d’égalité des chances au profit des personnes handicapées. On peut noter 17 614 détenteurs de ces cartes qui sont enrôlés dans les mutuelles de santé. Il y a également 25 507 personnes handicapées détentrices de cartes qui ont obtenu la bourse de sécurité familiale. »

« Participation politique et citoyenne des handicapés », c’est le thème retenu pour la célébration de la journée mondiale des personnes handicapées 2018 au Sénégal. Une manière d’inviter les candidats à la candidature à prendre en charge les besoins de cette frange de la population dans leurs différents programmes.

Vous pouvez réagir à cet article