LES PERSONNES HANDICAPÉES RESTENT SUR LEUR FAIM

news-details
ENGAGEMENT DES PARTIS POLITIQUES

L’attente fut longue pour les membres de la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées. Yatma Fall, président de ladite fédération, et ses camarades, ont patienté de 10 heures à 16 heures passées dans la salle Sabran du Good Rade. Jusqu’à 17 heures, sur les six leaders politiques attendus dont celui de la majorité présidentielle du candidat Macky Sall, seuls ceux du PUR ont répondu à l’invitation et après plusieurs heures de retard. Le reste leur ont fait faux-bond. Les derniers réglages liés au dépôt de la caution des candidats déclarés à la présidentielle 2019, expliquent l’absence de certains représentants de partis.

« Dans le cadre de nos activités de visites de proximité à l’endroit des partis politiques et des coalitions politiques, nous avons eu la chance de rencontrer dix partis politiques, détaille Moussa Thiaré, le secrétaire général de la Fédération et coordonnateur du projet de participation politique et citoyenne des personnes handicapées. Aujourd’hui, nous n’avons pu enregistrer que quatre signatures notamment celles du président de l’ACT (Alliance pour la citoyenneté et le travail), Abdoul Mbaye, du Coordonnateur du Parti démocratique sénégalais (PDS), Oumar Sarr, pour le candidat Karim Wade, le président du parti Bokk Gis Gis, Pape Diop et les Khalifistes de Taxawu Senegaal ».

Aujourd’hui, indique-t-il, « nous devions normalement rencontrer d’abord le Professeur Issa Sall du PUR puis Ousmane Sonko de PASTEF, la Coalition Benno Bokk Yakaar, le représentant du parti Rewmi d’Idrissa Seck, la présidente de l’Alliance nationale pour la démocratie (And)/ "Saxal Liguey", Aïda Mbodj, nous avons pu également joindre Thierno Bocoum, le président du mouvement politique, Alliance générationnelle pour les intérêts de la République (AGIR). » En tant que citoyens, les membres de la Fédération par la voix de leur Secrétaire général, promettent de tirer toutes les conséquences de ce manque de considération. De toutes ces personnalités, seuls les représentants du PUR se sont présentés. Toutefois, annoncés à 11 heures, ils sont arrivés à 16 heures passées.

Après s’être excusé du retard accusé, Khalifa Mbodj, secrétaire permanent du PUR, a paraphé le document sous les applaudissements de Yatma Fall et ses camarades. Il promet la « collaboration (du PUR) dans le cadre de l’élaboration et de la mise en place des dispositifs. Parce que 15% de la population, ce n’est pas rien. Il ne peut pas y avoir de développement si ces personnes vivant avec un handicap sont laissées en rade parce que ce sont des compétences qui ne sont pas utilisées. » Sur les dix partis qui s’étaient engagés, cinq ont finalement signé.

A la suite des observations faites à l’issue des élections législatives du 30 juillet 2017, des recommandations ont été dégagées, assure Moussa Thiaré. Qui assure avoir aussi organisé un séminaire de formation à l’intention des plénipotentiaires des différents partis, pour échanger avec eux sur les instruments légaux et programmatiques au niveau national et international notamment la convention des droits des personnes handicapées, la loi d’orientation sociale, les objectifs de développement durable et le traité de Marrakech.

Vous pouvez réagir à cet article