Le Saes charge le gouvernement

news-details
Education

Le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES) demande au gouvernement de corriger les « manquements » constatés dans les universités publiques, pour que la nouvelle année universitaire soit « stable et paisible ».
Pour une année « stable et paisible », le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes), demande au gouvernement, « de prendre toutes les dispositions pour que les manquements observés soient corrigés ».
Repris par l’Aps, le secrétaire général national dudit syndicat, Malick Fall, a ainsi invité le gouvernement à s’occuper des « chantiers à l’arrêt, qui plombent, déplore-t-il, « l’envol de nos universités ». Il urge, charge l’enseignant, de « verser la dernière tranche budgétaire due aux universités, pour leur permettre un démarrage normal de leurs activités. »
Le Saes, souligne-t-il, « reste toujours ouvert tout en exprimant sa fermeté et sa détermination à travailler au respect des engagements pris par le gouvernement ». Ce, concernant le Fonds de solidarité sociale mis en place pour le relèvement de la pension de retraite de ses membres déjà retraités.
« Certains de [ses] vieux retraités meurent et d’autres sont incapables de se prendre en charge », regrette Malick Fall. Qui prévient : « Si aucune évolution positive n’est observée dans les prochains jours, le SAES se réservera le droit de prendre toutes les mesures appropriées pour faire respecter ces engagements ».

Vous pouvez réagir à cet article