Le président Aziz manœuvre pour un troisième mandat

news-details
MAURITANIE

Des manœuvres sont en cours en Mauritanie pour remanier la Constitution pour permettre un troisième mandat au président Mohamed Ould Abdel Aziz. Selon les révélations de cridem, site mauritanien, près de 52 députés du parlement, sur les 157 que compte l’Assemblée nationale ; exception faite des députés représentant les Mauritaniens à l’étranger et non encore élus, ont signé une motion de modification de la Constitution. Le président du Groupe de la Majorité parlementaire, Mohamed Yahya Ould Kherchi, a appelé à cette occasion les députés à se joindre à cette pétition, indique la source. Laquelle souligne que 52 signatures sont déjà confirmées. Et plus du tiers du Parlement mauritanien (+ de 52) aurait signé cette motion d’amendement de la Loi Fondamentale.

Akhbarwatan.net, un autre site mauritanien, publie les noms des députés de la majorité présidentielle, profondément attachés, selon ses informations, à la position du président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, de briguer un troisième mandat grâce à l’amendement de la Constitution. Il s’agit de Boidiel Ould Houmeid, Lemrabott Ould Benahi, Mohamed Mahmoud Ould Hanena, Mohamed Ould R’Zeizim, Mohamed Ould Didi, Fatimetou Mint El Mahmoud, Mohamed Mahmoud Gherchi, Dane Ould Outhmane, Jemal Ould Yedali, le député de la moughataa de N’Beikett Lahouach.

Déjà, le député opposant, Yahya Ould Ahmed Waghef, dénonce le procédé, trouvant « peu sincère, l’activisme en cours » au sein de l’Assemblée nationale, visant une modification de la Constitution, sur essahraa.net. Le Président du parti ADIL, Ould Waghev, y indique qu’il est « impossible de déverrouiller les articles constitutionnels relatifs aux mandats présidentiels. » Ce, surtout, « à trois (3) mois de la future élection présidentielle d’opérer un amendement constitutionnel de cette envergure. »
Jugeant « non professionnel » le projet de texte visant la modification de la Loi Fondamentale, l’opposant déclare que « chaque problème posé entraînera des prises de position. »

Mohamed Ould Abdel Aziz est président de la République mauritanienne depuis le 5 août 2009. « De toutes les façons, je suis là pour respecter et faire respecter la Constitution du pays. Non, je ne me représenterai pas dans la mesure où je vais respecter la Constitution et la Constitution dit que je ne peux pas me représenter au-delà de deux mandats. Je vais continuer à m’engager pour la Mauritanie, je reste en Mauritanie et je continuerai à faire de la politique. Je suis là et je ne quitte pas le pays. Je continuerai sur la même voie. Dès que la Constitution me permettra de me représenter, je le ferai. Donc, si je ne peux pas me représenter pour un troisième mandat, je peux me représenter après. La Constitution ne m’empêche pas de me représenter après », déclarait-il, à l’ouverture de l’édition 2018 du Festival culturel des villes anciennes. C’était il y a moins de deux mois, en novembre 2018.

Vous pouvez réagir à cet article