Les fidèles catholiques se plaignent au Préfet

news-details
Profanation de la Cathédrale de Kaolack

Une délégation de la communauté chrétienne de Kaolack a été reçue hier par le Préfet du département, suite aux actes de vandalisme perpétrés par un déséquilibré mental à l’Eglise de Kaolack, en fin de semaine dernière. Une occasion pour Ambroise Tendeng, leur porte-parole, de poser leurs doléances, tout en interpellant l’autorité préfectorale sur « l’état des lieux de la Cathédrale ».
« Notre lieu de culte offre un spectacle désolant, dû à l’insalubrité, au mauvais état de la rue qui y mène, au manque d’entretien des égouts, surtout en période hivernale. Et, à cela s’ajoute l’occupation anarchique de l’espace tout autour de la Cathédrale. Notre communauté a assez supporté toutes es blessures », peste-t-il, repris par Vox populi.

Tendeng et ses camarades exigent que « des mesures draconiennes soient prises dans les plus brefs délais. » En plus du « respect, de reconnaissance, d’estime et que la sécurité soit assurée davantage dans l’enceinte de la Cathédrale, ses alentours et lors des cérémonies religieuses. »
Aussi, « que des mesures strictes soient prises pour interdire tout dépôt d’ordures, tout stationnement et toute occupation de l’espace, aux alentours de leur lieu sacré et du presbytère. »
Selon le porte-parole de la communauté chrétienne de Kaolack, « à maintes reprises, des individus ont fait irruption lors de leurs offices et ont perturbé leurs célébrations. D’autres sont entrés dans les lieux saints de Kaolack de manière irrespectueuse. »
Cette fois-ci, fulmine-t-il, « les choses ont atteint leur paroxysme avec ceux posés par Mamadou Doumbouya, (le profanateur). Tout cela fait naître des blessures, regrets et perturbations au cœur des fidèles chrétien de notre Diocèse. »

Vous pouvez partager cet article