Les mises en garde du Synpics

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Ibrahima Khaliloullah Ndiaye, le Secrétaire général du Syndicat national des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS) appelle les journalistes à la prudence dans le partage de l’information surtout dans cette période pré-électorale propice à la manipulation. Il a sonné l’alerte ce mardi, 22 janvier, à l’ouverture ce matin à Dakar d’un atelier organisé par l’Association des usagers des TIC (ASUTIC), sur la citoyenneté numérique en perspective du scrutin du 24 février 2019.

« Nous sommes dans un contexte très tendu, indique le journaliste, puisque nous allons vers une élection présidentielle qui n’est pas sans danger eu égard aux germes de conflits que nous pouvons noter aujourd’hui avec la radicalisation de l’opposition qui demande à ses militants de se battre, d’aller sur le terrain après la publication de la liste définitive des candidats à la présidentielle du 24 février 2019. »

Ibrahima Khaliloulah Ndiaye, qui recommande dès lors de « tout faire pour que la raison puisse prévaloir », ne manque pas de souligner que « le risque également dans ce contexte, c’est qu’il y ait une certaine désinformation. » Puisque, motive-t-il, « nous savons tous que surtout avec les réseaux sociaux, il est devenu très facile de partager des informations. Il faut s’en réjouir mais cela ne va pas sans danger étant entendu que le journaliste ou le professionnel des médias lui, il n’a que sa crédibilité à sauvegarder donc il ne pourra pas partager n’importe quelle information surtout si, en amont, il n’a pas les moyens de pouvoir vérifier cette information et nous savons tous que la règle de base du journaliste, c’est de vérifier et toujours recouper. »

Vous pouvez réagir à cet article