MACKY SALL PLAIDE POUR LA RÉFORME DU CONSEIL DE SÉCURITÉ

news-details
NATIONS UNIES

Macky Sall tient aux réformes des Nations-Unies et de son Conseil de Sécurité. Pour le chef de l’Etat, la voix de l’Afrique doit porter. À la réunion ministérielle du Comité des dix chefs d’Etat et de Gouvernement (C-10) de l’union africaine sur la réforme du Conseil de Sécurité de l’Onu, il a insisté à nouveau sur la nécessité d’octroyer au Continent deux (02) sièges permanents avec droit de véto et de deux (02) sièges non permanents supplémentaires au Conseil de Sécurité.

« Il n’est pas superflu de revenir sur la légitimité de cette revendication. À la naissance des Nations-Unies, en 1945, nos États, comme beaucoup d’autres, étaient encore sous domination coloniale. Leurs droits et intérêts ne pouvaient être convenablement pris en charge. Aujourd’hui, avec 54 États membres, l’Afrique compte le plus grand nombre d’adhérents à l’Onu. De plus, les questions africaines occupent l’essentiel de l’agenda du Conseil de Sécurité. Or, on ne peut pas régler les problèmes de l’Afrique sans les Africains. La situation en Libye en est une parfaite illustration » a déclaré le président Sall.

« On ne peut pas régler les problèmes de l’Afrique sans les Africains »

Cette revendication du chef de l’Etat reste uns position commune. Elle est partagée par tous les Etats africains. Si elle est exhaussée, ça ne serait que justice rendue. « L’Afrique a plus souffert de l’injustice de ce système depuis la création de l’Onu. Le continent continue d’être sous représentée au niveau des grandes instances des Nations-Unies », regrette la Commissaire aux Affaires politiques de l’Union africaine (Ua), Cessouma Minata Samate.

Pour Macky Sall, « une représentation plus équitable au Conseil de Sécurité lui donnerait, l’autorité et la légitimité, en tant que garant du système de sécurité collectif. Il est donc juste et légitime que le Conseil de Sécurité des Nations-Unies soit plus inclusif dans sa composition et plus démocratique dans son fonctionnement pour une meilleure gouvernance mondiale ».

Vous pouvez réagir à cet article