MAME DIARRA "FAMOUS" !

news-details
ASSEMBLÉE NATIONALE

Sans faire partie des orateurs du jour, Mame Diarra Fam a, nouvelle fois, ravi la vedette à tous ses collègues députés. Elle n’a pas pris la parole, occupée qu’elle était à filmer et à diffuser en live une séance plénière que l’Hémicycle a délibérément décidé de tenir à huis clos. Ainsi, en l’absence de la presse, interdite d’accès, la députée du Parti démocratique sénégalaise (opposition) a retransmis en live la séance plénière, d’une façon particulière, avec son sens de l’humour, ses provocations, ses rires et ses délires. Du Mame Diarra Fam tout cru. Il en fallait cette dose de fraicheur pour faire baisser la tension autour de l’examen de la levée de l’immunité parlementaire du député et leader du parti Pastef – Les Patriotes, Ousmane Sonko.

Les remontrances du camp adverse n’y feront rien. "Je n’arrête pas mon live ! Si cela ne vous plait pas, zappez sur Zee Magic (une chaine de divertissement spécialisée en film Boolywood, doublée en Français)", a-t-elle répété, à plusieurs reprises au cours de sa retransmission. Sur plusieurs séquences, elle braquera la camera de son portable sur elle et d’autres députés de son camp, arguant qu’elle craignait... une plainte. Mais c’était bien une stratégie subtile pour censurer ceux d’en face.

En s’improvisant réalisatrice, animatrice, camerawoman, JRI (Journaliste, reporter d’images), Mame Diarra Fam captivera ainsi l’attention de toute la webosphère sénégalaise, séduite par son réflexe qui aura permis à toute la presse et au public, d’être au fait de ce qui se passe à l’assemblée dans un moment aussi décisif de notre histoire politique.

Mais, au-delà des houleux débats qu’elle retransmettait, la députée de la diaspora s’offrait, de temps à autre, des commentaires bien visés et destinés, tantôt à son large public, tantôt à ses collègues de l’opposition, si ce n’était pour jeter des pierres dans le jardin du président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse. Au delà de tout caractère anecdotique de son geste, elle a surtout posé une action, hautement politique, qui fera date, et d’une inestimable portée en terme de communication.

Avec 15 000 partages, 25 000 commentaires, 21 000 réactions et plus de 190 000 vues dont plus de 21 000 suiveurs en simultanés pendant le direct sur Facebook, elle a littéralement écrasé des records. Sur tous les réseaux sociaux, Mame Diarra Fam aura été plébiscitée par les internautes. Certains n’ont pas hésité à lui décerner le prix "Pulitzer" pour le meilleur reporter... digital, d’autres lui refiler le manteau de "député du peuple" auquel un certain Me El Hadji Diouf tient tant.

Avec la liberté de ton qu’on lui connait, la députée diaspora (Italie) a tourné en dérision les différents intervenants, du député et président de la commission ad hoc, Pape Biram Touré, le rapporteur Mame Bounama Sall, le représentant du Gouvernement et ministre de la Justice, Me Malick Sall.

"Depuis quand tu es avocat", ironisera-t-elle, suite à l’intervention du responsable du Parti socialiste (PS), Mame Bouna Sall, plaidant pour le respect des droits de l’accusatrice de Sonko, Adji Sarr.

Seuls ses collègues Aïda Mbodj, désignée par le député concerné pour assurer sa défense, et le président du groupe parlementaire ’’Liberté et Démocratie’’, Serigne Cheikh Abdou Mbacké Bara Doly, du même bord qu’elle, ont trouvé grâce à ses yeux.

Dans l’autre camp, elle défendra une seule fois le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, lorsque ce dernier a invité les députés, de l’opposition et du pouvoir, à s’écouter pour la sérénité des débats.

Et, seul hic pour son public d’un jour, la responsable du Parti démocratique sénégalais (PDS) est sortie de la salle, mettant un terme à la retransmission, de façon aussi improvisée que son live. Mais cela faisait partie de la stratégie de l’opposition et des non alignés, qui ont boudé le vote, dernier acte de la procédure : le vote de la levée de l’immunité parlementaire de Sonko. On en oublierait qu’elle était député et non JRI.

Vous pouvez réagir à cet article