MOUHAMED GUÈYE : « LES RAPPORTS AVEC LA POLICE NE DOIVENT PAS ÊTRE HEURTÉS »

news-details
MATINALE IRADIO

Invité de la matinale d’Iradio, le chargé de communication de la Police est revenu sur les rapports que doivent entretenir les forces de défense et de sécurité et les populations. « Nous avons, en tant que force de sécurité, le rôle dans la prévention. Et, c’est cette approche communautaire de la gestion des personnes et de leurs biens qui fait que, parfois, on a l’obligation de faire en sorte que certaines affaires ne dégénèrent pas au pénal. Ce qui fait que, parfois, on a cette approche qui permet d’inclure les couches dans la communauté à savoir les chefs de quartier pour pouvoir régler les problèmes dans la communauté. Ça ne devrait pas être une relation d’adversité », a-t-il déclaré.

Selon lui, la police fait partie de la population. Et, à son avis, il est important aussi que la population sache que la police est là pour elle. « La police a pour matière première l’homme. Donc, tout ce qui gravite autour de l’homme intéresse la police. Les rapports ne peuvent donc pas être heurtés mais des rapports de collaboration. Ce qui fait que, aujourd’hui, on ne peut pas envisager la sécurisation des personnes et de leurs biens en omettant l’implication la population », a indiqué le chargé de communication de la police.

Pour sa part, le chargé de programme à Amnesty international Sénégal, Mouhamadou Moustapha Diagne pense qu’il y a un travail de sensibilisation qui doit se faire d’abord au niveau de la police mais aussi au niveau des populations. D’après lui, les pratiques qui ne sont pas de nature à renforcer l’Etat de droit sont à bannir. « Je ne peux pas qualifier la police sénégalaise de police violente mais je peux dire que c’est une police qui pose souvent des actes violents à l’endroit des populations qui malheureusement occasionnent des morts d’homme. Le problème ce n’est pas les commissaires mais c’est souvent les agents qui sont sur le terrain qui commettent des actes qui ternissent l’image de la police », regrette-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article