Moundiaye Cissé : « Coupler les élections serait un recul démocratique »

news-details
PRÉSIDENTIELLE ET LÉGISLATIVES

L’idée de couplage d’élections est plus en plus agitée au niveau de la majorité présidentielle. Dernièrement, la sortie du ministre Conseiller en charge de la Communication à la Présidence de la République évoquant une possibilité de prolonger le mandat des députés pour que cela corresponde avec l’élection présidentielle de 2024 est largement commentée par les acteurs politiques.

Sur les ondes de Iradio, Pape Birahim Touré, député de l’Alliance pour la République (Apr), évoque l’idée d’un besoin de « rationalisation des élections au Sénégal ». Pour lui, l’on devait être en mesure de rester des années au Sénégal sans qu’il n’y ait d’élections. Contrairement à son collègue, le député libéral, Toussaint Manga trouve que « le calendrier républicain doit être respecté ». Toutefois, estime le responsable des jeunesses libérales, « si l’idée devrait être adoptée, elle devrait faire l’objet de large consensus au niveau des instances habilitées », a-t-il laissé entendre.

Pour Moundiaye Cissé, Directeur exécutif de l’ONG 3D, la question ne devrait pas faire débat. « Il faudrait faire attention à cette question. Souvenez vous, avant 1992, on couplait les élections présidentielles avec celles législatives. Ça était un combat pour parvenir à découpler ces deux scrutins. Par la suite, il y a eu le code consensuel de feu Kéba Mbaye. Aujourd’hui, coupler ces deux élections serait à mon avis un recul démocratique. Ça serait aussi anéantir tous les efforts menés pour arriver à un consensus autour de cette question. Dans tous les cas, si on devrait y aller, cela devrait faire, au moins un consensus de la part des acteurs », a-t-il plaidé.

Vous pouvez réagir à cet article