NDIASSANE, AU SUPERMARCHÉ DE L’INTÉGRATION

news-details
MAWLID 2018

La Mauritanie, le Mali, la Guinée et le Burkina Faso sont les pays les plus représentés à Ndiassane. La cité religieuse est devenue un souk à ciel ouvert dans lequel plusieurs produits de la sous-région sont exposés. Tissus, karité entre autres produits cosmétiques, encens... les femmes n’ont que l’embarras du choix.

À Ndiassane, le spirituel est fortement liée au temporel. Des liens séculaires à la base des rapports entre la sous-région et la ville carrefour. De ce fait, les Mauritaniens sont nombreux à tenir des commerces sur le bord de la route. De toute évidences, le “meulfeu”, ce léger tissu dans lequel s’emmitouflent généralement les Mauritaniennes, est le plus présent dans les stands. Pour Najib, jeune commerçant venu de la Mauritanie, cela s’explique par la proximité entre les maures et les Khadres de Ndiassane.

Le Mali et la Guinée sont aussi est de la partie. Des bazins, des bijoux, des fruits et même du Nététou encore appelé Soumbala sont exposés sur des étales. Dans ce grand bazar, rien ou presque ne manque. Clients et commerçants y trouvent leur compte. C’est bien pour cette raison que ces derniers reste sur place souvent jusqu’à un mois pour dérouler leurs activités. Selon Mouhamed Kamara originaire de la Guinée Conakry, Ndiassane est particulier sur le plan commercial. « je ne sais pas pourquoi mais nos activités prospèrent plus dans cette ville qu’ailleurs. La sécurité est garantie et les clients nous achètent beaucoup d’articles », dit-il.

Pour expliquer la forte présence de ces différentes communautés, El Hadj Mamadou Kounta s’est appuyé sur l’histoire. Pour expliquer cette situation, le chargé de la communication du “Ngenté” a évoqué les rapports que le fondateur de Ndiassane, Cheikh Bou Kounta entretenait avec des tribus bambaras, sérères, peules...

Vous pouvez réagir à cet article