NICKEL NIANG, LE JEUNE PAROLIER QUI FAIT BOUGER LES LIGNES

news-details
PROFIL

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années » ! Cet adage est en substance le résumé de Nikel Niang. Ce jeune communicateur, de son vrai nom, Nikel Nouroudine Niang, trace sa voie dans le cercle fermé des vrais communicateurs traditionnels. Une communauté très importante dans le rayonnement de la culture sénégalaise. S’il en ainsi, c’est parce Nikel trouve sa source dans trois royaumes qui ont marqué l’histoire politique, religieuse et culturel du Sénégal notamment le Walo, le Diolof et le Fouta, où, il tire ses racines. « Je suis né et grandi dans un village à Podor, au milieu des ’’Niénio’’ (caste des forgerons). C’est cette éducation qui m’a permise de connaître les rouages de la communication mais aussi le métier de forgeron », précise-t-il.

Fervent disciple de Cheikh Mouhamad Nouroudine Sall qu’il a donné le nom de son fils aîné, Nikel dit avoir la ’’communication’’ dans le sang. Pour lui, les communicateurs traditionnels restent un maillon important dans la vie des peuples. « Notre rôle est de raffermir les liens fraternels qui existent entre les populations. Nous construisons de bonnes relations. Un griot ne sait faire que du bien. J’ai grandi dans ça. Les griots ne connaissent pas la calomnie ou la médisance », se défend-t-il.

COMPAGNON DE SCÈNE DE BABA MAAL

Âgé d’une trentaine d’années, Nikel est aujourd’hui, l’une des pièces maitresses de l’équipe culturelle du groupe Emedia. Mais, avant son intégration au dernier des nés de groupe de presse, le jeune ’’Niénio’’ avait déjà une belle assise dans le paysage médiatique. « C’est en 2007 que j’ai commencé la télévision à la 2Stv. J’étais le 1er jeune a animé une émission Pulaar au Sénégal », renseigne Nikel Niang. Une expérience qui s’est enrichie avec ses nombreux voyages en Afrique centrale et un peu partout en Europe où il a eu à accompagner le lead vocal de Dandé Léniol, Baba Maal. Son intelligence et son ouverture d’esprit lui permettent, aujourd’hui, de s’exprimer en trois langues : Pulaar, Wolof et Bambara.

Nikel Niang n’a pas fait d’études poussées. Mais, cela ne l’a pas empêché de persévérer dans son domaine de prédilection. Cela grâce à son intelligence mais aussi les séances d’animation qu’il effectuait au village. « J’animais les mariages et certains évènements culturels. C’est à partir de là que j’ai chopé le virus de communicateur. C’est ça aussi qui est à l’origine de mon sobriquet Nikel, parce que j’officiais aussi comme Dj pour assurer des animations culturelles », insiste-t-il.

À Emedia, la première émission qu’il animait, s’intitulait ’’Diame Waly Awli sokhoba (Est-ce que vous vous êtes réveillé en paix’’. Une émission qui visait à raffermir les relations historiques et culturelles entre le Sénégal et le Mali. Oui ! Nikel connaît bien le pays de Modibo Keïta pour y avoir vécu pendant un certain temps. Ce n’est qu’en 2005 qu’il rentre à Podor. Aujourd’hui, le jeune Nikel, qui se distingue avec son style vestimentaire, co- anime avec avec Diary Sall, la célèbre émission Pulaar d’Itv, ’’Mijodji’’. ’’Tradi Musique’’, émission culturelle, est aussi une de ses conceptions qu’il anime sur la chaîne d’Emedia.

Vous pouvez réagir à cet article