PAPA MASSATA DIACK SE DÉFEND : « CE SERA UNE GUERRE JUDICIAIRE »

news-details
CONDAMNATION À PARIS

24 heures après sa condamnation pour corruption dans le procès de l’IAAF par le tribunal de Paris, Papa Massata Diack parle. Le fils de l’ex patron de l’athlétisme mondial a écopé d’une peine de 5 ans de prison ferme assorti d’une amende d’un million d’euro, d’une interdiction d’exercer dans le domaine du sport en sus d’un mandat d’arrêt international décerné contre lui.

Papa Massata Diack ne s’est pas prononcé sur la peine qui lui a été infligée mais plutôt de la condamnation de son père, 4 ans dont 2 ans avec sursis et une amende de 500 mille euros.

Face à la presse, Papa Massata Diack a indiqué qu’il n’a pas besoin de démontrer que cette affaire est une cabale judiciaire qui a tous les relents d’une manipulation, d’un complot qui a assez duré. A l’en croire, son père est un otage d’autant qu’il a été arrêté pour, après, aller, chercher des preuves. Ce qu’il considère comme un acte tendant à nuire à la réputation de ce dernier. « Il y a une intention manifeste de détruire ou de noircir toute l’œuvre qu’il a eu à construire à l’IAAF où il a fait 39 ans. Je n’ai eu à l’assister que pendant 7 ans », a déclaré Papa Massata Diack pour dire que son père est innocent des faits qui lui sont imputés.

Selon lui, c’est une épreuve que la famille est en train de vivre et, dit-il, en bons musulmans, les membres de ladite famille, mettent tout sous le coup du sort. « On a attend la décision ultime », déclare-t-il. Mais, pour lui, le combat est loin de connaitre son épilogue. « Le combat continue. Nous ferons face. Il y a d’autres étapes. Ce sera une guerre judiciaire jusqu’à ce que la victoire triomphe. Nous n’avons fait rien de délictuel, aucun acte qui mérite qu’on aille en prison. Ce qui s’est passé à Paris est une injustice. C’est un semblant de mascarade judiciaire. Nous sommes déterminées à laver son honneur aussi longtemps que cela prendra et de le faire revenir le plus rapidement possible au Sénégal.

Vous pouvez réagir à cet article