PEV : ’’And Gueusseum’’ et le ministère de la Santé à couteaux tirés

news-details
Sante

Le 14ème plan d’actions de l’Alliance des Syndicats Autonomes de la Santé (Asas/Sutsas-Sudtm) - "And Gueusseum" coïncide avec l’introduction du vaccin contre le cancer du col de l’utérus. Sidya Ndiaye et ses camarades, qui réclament le respect des accords signés avec le gouvernement du Sénégal, appellent au boycott du Programme élargi de vaccination (PEV).
« Le mot d’ordre de boycott du PEV de vaccination a démarré lors du 13ème plan d’actions où nous avions demandé à nos camarades que toutes les stratégies mobiles avancées soient arrêtées, martèle Sidya Ndiaye, vice-président de ’’And Gueusseum’’, contacté par Iradio. Maintenant, ce 14ème plan d’actions a consolidé ça. Nous allons même arrêter les stratégies fixes. »
Globalement, avertit le syndicaliste, « ’’And Gueusseum’’ ne fera rien pour s’impliquer des PEV pour la bonne et simple raison que jusqu’à présent le gouvernement continue à faire le mort et ne daigne même pas (les) appeler pour qu’ (ils puissent) continuer les discussions. »
Au-delà de « l’arrêt » de ce PEV, Sidya Ndiaye et Cie n’excluent pas « dans leurs prochains plans d’actions, éventuellement, à durcir le ton. Pourquoi ne pas boycotter la Couverture maladie universelle (CMU) et arrêter les urgences. »
« Aujourd’hui, indique le second de Mballo Dia Thiam, il appartient aux autorités que la mission de service public de la santé appartient de faire en sorte que les populations sénégalaises soient privées de soins simplement par leur faute, par une politique ségrégationniste puisque le gouvernement a procédé au traitement des questions liées aux indemnités à d’autres catégories de personnel. Et, a refusé en tout cas pour la santé de régler pour la majorité des travailleurs de ce secteur. Nous allons vers une radicalisation totale. »
De son côté, le ministère de la Santé et de l’Action sociale tempère. Dr Aloyse Waly Diouf, Directeur de Cabinet du ministre Abdoulaye Diouf Sarr invite les syndicalistes à « plus de souplesse ». D’autant que, souligne-t-il, sur les ondes de Iradio, « le département prendra toutes les dispositions nécessaires pour le succès de la poursuite du PEV. » Et, appuie Dr Diouf : « nous sommes dans un processus où la négociation est encore de mise parce que nous continuons même si c’est de manière parfois informelle à discuter avec notre partenaire social, l’Alliance ’’And Gueusseum’’. Et, ce processus a quand même abouti à deux ateliers convoqués par le ministère de la Fonction publique. Ateliers au cours desquels l’Alliance a été partie prenante. Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, il n’y a pas de rupture qui puisse nous amener à une vitesse supérieure. Je les invite aussi à revenir à de meilleurs sentiments parce que si véritablement nous voulons protéger nos enfants, nous ne devons pas permettre qu’ils puissent être victimes de cette situation. »
En tout état de cause, assure-t-il, « le ministère de la Santé et de l’Action sociale prendra l’ensemble des dispositions nécessaires pour la continuité de ce service qu’est la mise en œuvre du PEV parce que nous estimons que nous n’avons pas le droit de sacrifier nos enfants à l’aune des questions syndicales. »

Vous pouvez partager cet article