PREMATURITÉ ET PNEUMONIE, PREMIÈRES CAUSES DE MORTALITE INFANTINO-JUVENILE

news-details
SANTE

Au Sénégal, sur 12 mille décès néonatals enregistrés, environ 4 mille à 5 mille sont des prématurés, d’après les estimations du Dr Issa Tall Diop, Directrice du Centre hospitalier national Albert Royer (CHNAR). Ainsi, avant la pneumonie, la prématurité, qui touche près de 15 millions d’enfants dans le monde, représente la première cause de mortalité néonatale devant l’asphyxie et les infections. Sur les 15 millions, qui naissent prématurés, dans le monde, un million décèdent.

C’est dans cette optique que le CHNAR a célébré de façon jumelée, hier jeudi, 19 novembre, ces deux journées, en présence d’Abdoulaye Diouf Sarr, le ministre de la Santé.

Afin de réduire la mortalité, le CHNAR, selon les assurances données par la directrice de l’hôpital pour enfants, a augmenté ses capacités d’accueil de 16 à 60 lits pour les nouveau-nés, en plus des stratégies préconisées pour la survie des prématurés. Telles que les soins en incubateur, la méthode de soins Kangourou, l’utilisation de la ventilation en pression positive, et de la ventilation artificielle, la prévention des conséquences de l’ictère néonatal par la photothérapie et le respect strict de la prévention des infections.

S’agissant de la deuxième cause de mortalité infanto-juvénile, Dr Diop alerte également sur l’ampleur que prend la pathologie, sur le plan mondial, avec 13% de formes graves nécessitant une hospitalisation.

"On a estimé à près de 880 mille le nombre d’enfants de moins de cinq ans décédés dans le monde, en 2018 du fait de la pneumonie, soit un pourcentage de 18%."

Au Sénégal, en 2017, 131 mille 288 cas ont été recensés. Mais les décès ont fortement diminué, passant de 27 mille, en 2015, à trois mille, en 2017, puis à 2 mille 500 cas, en 2019.

Une baisse qui s’explique, d’après la Directrice, par les efforts faits dans le paquet des soins offerts à cette couche vulnérable, avec une "meilleure" couverture vaccinale, la vitamine A et le zinc, la CMU, entre autres.

Vous pouvez réagir à cet article