RABAT D’ARRÊT DE KHALIFA SALL : ME OUSSEYNOU FALL REFAIT LE PROCÈS DE LA CAISSE D’AVANCE

news-details
COUR SUPRÊME

Me Ousseynou Fall avait du mal à cacher sa colère. Devant le président de la Cour Suprême, Mamadou Badio Camara et ses conseillers, l’avocat de Khalifa Sall n’a rien changé de sa verve. Il a était très virulent. L’audience de ce mardi 16 juillet 2019, servant à statuer sur le rabat d’arrêt introduit par ses collègues, lui a servi de tribune pour refaire le procès de la Caisse d’avance de la Ville de Dakar. Au prétoire, Me Fall est revenu sur toutes les étapes de la procédure qui sont entachées de vices, selon ses dires. « Le principe de la présomption d’innocence a été tronqué par vos collègues magistrats. Ils ont envoyé Khalifa Sall en prison, sur la base d’un simple rapport, pour ensuite aller chercher des preuves »,-a-t-il plaidé devant les juges de la Cour Suprême. Il ajoute : « Nous avons subi de l’injustice. Si vous laissez continuer cette ignominie, vous serez complice de l’arbitraire ».

Pour Me Fall, le dossier de la Caisse d’avance est beaucoup moins grave que ceux de l’affaire Petrotim ou encore le scandale des 94 milliards FCFA. « Seulement, a-t-il estimé, les personnes citées dans ces dossiers sont proches du président Macky Sall ». C’est pourquoi, il demande aux magistrats de la Cour Suprême, la plus haute juridiction, à respecter leur serment. « Vous êtes les derniers remparts de la justice » leur a-t-il rappelé sur un ton très dur.

Le succédant au prétoire, Me Baboucar Cissé a pris le contre-pied de Me Ousseynou Fall. L’avocat de l’Etat, sur un ton assez tendu, n’a pas loupé son confrère. Selon lui, Me Fall a fait hors sujet. Face aux juges, Me Cissé déclare : « vous n’êtes pas une juridiction de Cassation. Nous sommes là pour le rabat d’arrêt qui concerne une erreur de procédure et non sur le jugement rendu ».

Vous pouvez réagir à cet article