MIRACLES, APPARITION...LA GROTTE DE POPENGUINE UN PASSAGE OBLIGÉ DES FIDÈLES

news-details
113e édition du pélerinage marial

La grotte de Popenguine est un symbole. C’est un site d’attraction pour les fidèles chrétiens. Ici, la Vierge Marie est vénérée. Située juste derrière le sanctuaire marial, la grotte constitue le passage obligé pour tout pèlerin chrétien qui souhaite que ses vœux soient exaucés durant le pèlerinage. Charles Degaulle Ndong en fait partie. Trouvé dans l’enceinte de la grotte, après sa prière, l’élève en classe de 3e au Cem de Fatick dit avoir bon espoir que ses vœux puissent être exaucés. « J’ai prié pour avoir mon Bfem. J’ai échoué à l’examen l’année dernière. Avec l’aide de Dieu, je voudrais que cette année soit la bonne », témoigne Charles qui porte ses espoirs sur la vierge Marie.

Habillé en tee-shirt vert, culotte noire, pieds visiblement poussiéreux, Alphonse Jonathan Faye, originaire de la région de Thiès, partage le même vœu que Charles. C’est pourquoi, il est venu prier auprès de Marie, la Dame de la Délivrance. « Cette grotte représente beaucoup pour moi », reconnait le jeune Faye. Même s’il ignore son historique, Alphonse J. Faye dit avoir bon espoir pour la réussite de son examen grâce à « Maman Marie ».

Sur ce lieu de culte, entouré d’arbres, c’est le silence de Cathédrale. Le genre est bien représenté aux pieds de la statue de notre dame de la délivrance. Le site, qui abrite la Vierge et une dizaine d’autres statues, est aussi visité par des enfants accompagnés de leurs parents. À Popenguine, si certains y viennent pour la réussite d’un examen, d’autres à l’image de Jacqueline Séne, étudiante en Licence en Transport logistique, leurs priorités se trouvent ailleurs « Je prépare le concours de la Douane. C’est ce qui explique ma présence devant Maman Marie, la mère tendre et aimable de Jésus christ ».

Ici, dans la commune de Popenguine, on entend parler que la Sainte Vierge Marie aurait apparu à un groupe de pêcheurs à Popenguine. Et cela serait à l’origine de la bénédiction de cette terre de la Petite côte. Henri Ngom, la cinquantaine, enseignant de profession, pense que les élèves ont raison de se fier à la mère du sauveur. « Marie est mère pour tout chrétien. Elle symbolise l’espoir. Et même chez la tradition africaine, quand on a un problème on se fie en premier à notre mère », informe M. Ngom. Seulement, estime l’enseignant, les élèves doivent bien travailler en classe avant d’espérer que leur prière soit exhaussée. « Aides toi, Dieu d’aidera », a-t-il rappelé à ses condisciples.

Vous pouvez réagir à cet article