RÉUNION ANNUELLE DES DIRECTEURS D’HÔPITAUX : DIOUF SARR ANNONCE UNE BATTERIE DE MESURES

news-details
SANTÉ

Plus de 300 ambulances ont été achetées entre 2017 et 2019 pour le transport dans le système de santé. Ce, pour améliorer l’indicatif de la mortalité maternelle. D’autres initiatives seront lancées pour améliorer ce cadre.

L’annonce est faite par le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, présidant la cérémonie de clôture de la réunion annuelle des directeurs d’hôpitaux, à Thiès. Où, faute d’ambulance, une mère est décédée, début 2020, après avoir accouché de jumeaux. En effet, Madeleine Ngom, originaire du village de Baback et domiciliée à Sanghé, n’a pas pu être évacuée à temps.

D’après le récit d’une des sœurs catholiques, « elle a accouché vendredi, 3 janvier, vers 14 heures. Elle devait être évacuée sur Thiès parce qu’elle avait des vertiges et elle saignait abondamment. Mais l’ambulance n’était pas disponible, le gestionnaire était parti aux champs, dit-on. »

« Lorsque le véhicule des sœurs catholiques est tombé en panne en cours de route, elle a été mise dans un autre, lequel est également tombé en panne. Peu après, ils ont été coincés dans les embouteillages à l’entrée de Thiès, confie-t-elle. Ils ont demandé qu’on leur cède le passage, en vain. Si c’était une ambulance peut être qu’elle serait arrivée à temps à l’hôpital et qu’elle serait en vie aujourd’hui ».

Vers des réunions mensuelles

S’agissant de la rencontre, l’autorité de tutelle, reprise par Radio Sénégal, invoque « un instrument de management », expliquant qu’« en tant que ministre, j’ai tenu à y participer personnellement pour leur apporter l’orientation stratégique du gouvernement. De ce point de vue, je crois qu’on a retenu d’aborder mensuellement les questions. Une feuille de route a été élaborée, adressant la question des ressources humaines, des équipements, et (celle) de la qualité du service dans les établissements de santé. Et aussi dessiner une perspective pour l’avenir. On a surtout insisté sur le triptyque : redevabilité, responsabilité, engagement. Les directeurs que j’ai vus sont tout à fait engagés à appliquer de manière systématique les instructions pour mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière de santé. Ce qu’il faut noter et il est important de le dire, c’est que le Sénégal a énormément amélioré la mortalité maternelle. Ça aussi, c’est un indicateur parce que notre système de santé fonctionne sur 2 indicateurs, et va continuer sur cette pente d’amélioration de cet indicateur. Le Sénégal a acheté entre 2017 et 2019, 300 ambulances. Ce qui n’existait pas parce qu’avant 2012, dans tout le pays, il y avait moins de 169 ambulances. Ce travail-là, il faut le reconnaître. Donc, nous allons tout faire pour continuer à satisfaire les populations, et pour augmenter le potentiel de transport du système de santé. Nous allons tout faire pour appuyer les populations pour véritablement que le service de santé soit performant. Nous allons tout faire pour augmenter davantage l’indicateur sur la mortalité maternelle et néo-natale. Ça, c’est un acquis du système de santé, il est important dès fois qu’on souligne ce que le système de santé fait de bien ».

34 cas de mortalité maternelle recensés en 2019

En 2019, 34 femmes sont mortes en donnant la vie, à Diourbel, classée 5e parmi les régions les plus touchées par la mortalité maternelle. Des décès souvent causés par la rupture de certains médicaments nécessaires à l’accouchement, selon l’alerte lancée par Dr Malick Gueye, gynécologue à l’hôpital régional Heinrich Lübke de Diourbel.

Vous pouvez réagir à cet article