SÉKOU DRAMÉ, DG SONATEL : « LES TENDANCES MAJEURES QUI SUPPORTENT LA RÉVOLUTION DIGITALE »

news-details
DAKAR DIGITAL SHOW

Dans son discours inaugural du Dakar Digital Show, le Directeur général de la Sonatel, Sékou Dramé, a insisté, chiffres à l’appui, sur le grand bond réalisé par l’Afrique subsaharienne pour rester en adéquation aux exigences des mutations imposées par la révolution digitale.

RÉVOLUTION DIGITALE
« Les modes de consommation, de travail, de communication ainsi que les modèles économiques ont connu de profondes mutations du fait de la révolution digitale que vit notre continent. Cette révolution est supportée par des tendances majeures. Tout d’abord, un marché centré autour du mobile, qui est l’outil qui a très certainement le développement du digital dans notre continent avec un taux moyen de pénétration de plus de 80% et des pays comme le Sénégal qui sont déjà à plus de 105%. Le nombre de smartphones connectés en Afrique subsharienne est estimée à plus de 250 millions en fin 2017. »

DÉMOCRATISATION DE LA CONNECTIVITÉ
« La deuxième tendance, c’est que nous assistons de plus en plus à une démocratisation de la connectivité. L’accès à Internet a connu un boom fulgurant sur le continent avec plus de 60% du trafic qui se fait à partir du mobile. Le nombre d’abonnés à l’Internet mobile a quadruplé depuis le début de la décennie et cette tendance va s’accélérer. D’ici 2025, plus de 50% des Africains seront connectés à Internet et nous aurons plus de 300 millions de nouveaux utilisateurs connectés à Internet en Afrique subsaharienne. Cela suppose une extension des réseaux et des services et une tarification abordable pour faciliter les usages. Ce que Sonatel a très bien compris depuis plusieurs années, à travers une politique très haut débit, en train de démocratiser l’accès à Internet... »

ACCÈS AUX SERVICES FINANCIERS
« La troisième tendance qui porte cette révolution digitale est l’avènement de nouvelles applications comme le Mobile Money qui permettent aux start-up de monétiser leurs services dans des marchés qui sont peu bancarisés. Le Mobile Money a joué un rôle prépondérant en donnant accès aux services financiers à des populations qui jusqu’à maintenant en étaient privées. A la fin de l’année 2017, nous avons plus de 135 services Mobile Money dans la zone subsaharienne et plus de 122 millions de comptes Mobile Money actifs. C’est dire que le Mobile Money est une réelle approche complémentaire du système bancaire traditionnel. »

Le discours intégral du Directeur général de la Sonatel, Sékou Dramé :

Vous pouvez réagir à cet article