SOUDAN : DÉMISSION ANNONCÉE DU PRÉSIDENT OUMAR EL BECHIR

news-details
INTERNATIONAL

Ce jeudi matin, la nouvelle d’une démission du président Oumar el-Béchir est donnée par plusieurs sources gouvernementales et par un ministre provincial, selon l’agence Reuters. Omar el-Béchir se trouverait au palais présidentiel "sous bonne garde", ajoutent des sources soudanaises.

Les médias d’Etat annoncent une "déclaration prochaine importante" de l’armée soudanaise, quatre mois après le début du mouvement de contestation populaire dirigé contre le président Omar el-Béchir au pouvoir depuis 1989. Des militaires de haut rang discuteraient de la mise en place d’un Haut conseil transitoire des Forces armées, alors que des rumeurs circulent sur la chute du régime. Le président a démissionné, selon l’agence Reuters qui cite plusieurs sources gouvernementales et provinciale.

"Le régime est tombé, le régime est tombé". Devant le quartier général de l’armée, où ils campent depuis cinq jours maintenant, des milliers de manifestants se prennent à rêver à haute voix, alors qu’une réunion de hauts responsables des forces armées serait en cours, selon plusieurs sources locales.

Un Haut conseil de transition des Forces armées serait en discussion ainsi que la question de savoir qui présiderait cette instance. L’armée soudanaise a promis, jeudi 11 avril, une "déclaration importante bientôt", déclenchant de nouvelles scènes de liesse des manifestants massés devant le quartier général des militaires à Khartoum où ils protestent depuis six jours. La télévision d’Etat qui a relayé l’annonce de l’armée n’a pas donné davantage de détails et diffusait des chants militaires.

"Béchir a démissionné"
Les habitants de la capitale soudanaise ont été appelés à rejoindre massivement les milliers de manifestants réunis devant le siège de l’armée, qui abrite aussi le ministère de la Défense et la résidence officielle du président Béchir, ont fait savoir les organisateurs de la contestation.

Ces milliers de Soudanais réclament invariablement la démission du président Béchir, 75 ans et au pouvoir depuis trois décennies. Ils demandent aussi à l’armée de rejoindre leur mouvement.

"Les gens arrivent en masse", a rapporté jeudi 11 avril matin un témoin présent sur le lieu du rassemblement. La foule déterminée avait défié toute la journée de mercredi le régime devant ce siège de l’armée, dont les intentions, tout comme celles de la police, restent pour l’instant incertaines.

Vous pouvez réagir à cet article