#SUNUAGRIUP - QUAND LES JEUNES "AGRIPRENEURS" S’ENGAGENT À UN RETOUR VERS LA TERRE

news-details
ENTREPREUNARIAT AGRICOLE

Un espace vert assez spacieux, un air pur aux antipodes de celui gris et sur-pollué de Dakar, c’est dans ce cadre convivial de la direction du Cadre de Vie et des Espaces verts, sise à Cambérène, que s’est déroulée la rencontre du groupe des « agri-preneurs », comprenez par là des entrepreneurs agricoles d’un type nouveau. Avec une nouvelle approche et avec de nouvelles idées. Comme cette rencontre pour trouver des synergies probables dans le secteur de l’agro-business. Comme la rencontre, née d’une idée partie de Twitter, puis formalisée via un hashtag #SunuAgriUp. Elle a regroupé des producteurs, des agronomes, des industriels entre autres, tous mus par une volonté commune d’investir dans le secteur porteur de l’agriculture. Le modus operandi aura consisté à mettre en place des groupes d’échanges au cours desquels le développement de divers aspects liés à ce projet de travailler la terre avec des outils simples, innovants et efficaces, va se poursuivre.

Selon Aboubacry Wade, l’un des coordinateurs de la plateforme ainsi dénommée SunuAgriUp, cette rencontre vise la mise en place d’une équipe qui va regrouper des agri-preneurs, des producteurs, des financiers et des techniciens. « L’idée, c’est de rassembler toutes ses personnes qui sont des ressources et faire une jonction de leurs savoir faire », théorise-t-il. « On va partager nos expériences et chacun va essayer de trouver en fonction de ses besoins, de la ressource qu’il faut, etc. »

La finalité de ce projet est de mettre en place un vaste réseau qui va englober tous ces jeunes agripreneurs. Ce néologisme est une marque d’initiative de la part de ces jeunes sénégalais qui veulent se faire une voie entrepreneuriale dans le domaine de l’agriculture. Il y aura alors un maillage entre tous les acteurs quels que soient leurs domaines d’interventions. La série de rencontres initiée en ce sens devra servir de réponse aux différentes difficultés que rencontrent ces jeunes entrepreneurs. Ce faisant, par la voix d’Aboubacry Wade, ils n’entendent pas attendre une aide de la part de l’Etat dans ladite plateforme, mais faire des propositions concrètes à travers un mémorandum.

Vous pouvez réagir à cet article