TRANSPORTS ET MAGAL : Les bagages salent l’addition

news-details
ILA TOUBA

A moins d’une semaine du Magal, le titre du transport Dakar-Touba demeure inchangé à la gare de Baux-Maraichers de Pikine. Mais pour certains, c’est un leurre car il y a surfacturation sur les bagages de passagers.

3 500 Fcfa pour rallier la capitale du mouridisme. A moins d’une semaine du Magal de Touba, le titre du transport par personne via les véhicules “sept-places” n’a pas encore augmenté. Toutefois, à la gare des Baux-Maraichers de Pikine, les clients se plaignent. Ils jugent abusé le fait de devoir payer le transaport de leurs bagages en plus. Pour deux sacs et une valise attachés sur le porte-bagages, Cheikh Mbodj a payé 3 000 FCfa en supplément. Déjà à bord, il se plaint. « C’est inconcevable. Il nous disent que le les tarifs sont les mêmes qu’en période normale mais en realité ils font de la surfacturation. 6 500 Fcfa pour aller à Touba, vous rendez-vous comptes ?! », se désole-t-il.

Pour sa part, Khadim, un vieux rabatteur, tente d’expliquer la situation. Il commence par évoquer la raison sécuritaire. Pour lui, il est normal que les clients paient le transport de leurs bagages, le chauffeur étant le garant de la sécurisation des affaires des passagers. Un raisonnement qu’Amadou Ndiaye botte en touche, le jugeant tout simplement insensé. Venu du Bresil pour assiter au Magal de Touba, l’émigré se dit d’autant plus étonné qu’il n’y a pas de tarifaction fixe pour ses bagages. En effet, ce sont des négociations qui peuvent être tendues des fois.

Touba est en ligne de mire, mais tous les moyens ne sont pas bons pour y aller. Pendant que les voitures communemment appelés ‘’sept-place’’ font le plein, les bus ne trouvent pas preneurs. Dans l’enceinte de la gare, les clients les boudent à cause du maraudage. Moussa Faty a déja fait son choix. « Les bus nous font perdre beaucoup de temps. Touba est assez éloignée, si en plus on doit stationner à chaque arrêt, ca devient compliqué avec cette chaleur », se justifie-t-il.

En choisissant les “sept-places” M. Faty a préféré la rapidité. Cependant, il appelle les chauffeurs à davantage de responsabilité avec l’ouverture de l’autoroute Ila Touba.

Vous pouvez réagir à cet article