AIRBUS : Tout ce qu’il faut savoir sur l’A330 Neo de Air Sénégal

news-details
AERONAUTIQUE

En visite de travail depuis dimanche, au siège du géant français Airbus, Macky Sall a pu voir de près et contempler le prototype d’Airbus "A330 neo" commandé par le Sénégal pour sa compagnie aérienne. L’appareil a été présenté au chef de l’État ce lundi 29 octobre 2018, dans la commune de Blagnac (département de Toulouse, France), qui abrite le siège d’Airbus.

L’Airbus A330 neo serait, si l’on en croit les services de communication de la Présidence, « un avion de dernière génération, équipé d’une technologie de pointe avec confort, sécurité et des cabines spacieuses. » Ce, afin de permettre à la compagnie Air Sénégal, qui devrait bientôt récupérer la ligne exploitée par Corsair mais également collaborer avec Air France et Air Ivoire, « d’être compétitif sur le marché mondial » qu’elle compte explorer dans les mois à venir. Emedia.sn a essayé d’en savoir plus sur l’appareil et vous en dresse une petite présentation.

Par ailleurs, selon nos informations, en France, Macky Sall a pu s’entretenir avec le PDG d’Airbus, Thomas Enders, dont la mission à la tête du constructeur aéronautique prend fin le d’avril 2019, ce qui laisse visiblement croire que la commande du Sénégal sera l’une des dernières qu’il exécutera avant de passer la main Guillaume Faury.

Selon son constructeur, l’Airbus "A330 neo" est un avion de ligne à large fuselage, un long-courrier de moyenne capacité, développé à partir de l’Airbus A330, pour donner une nouvelle version avec des moteurs modernes comparables à ceux du 787 de son concurrent Boeing.

Désormais équipé de deux moteurs Rolls Royce Trent 7000 (turboréacteurs à haute dilution fabriqués à Derby, en Angleterre, avec des poussées pouvant varier de 236 à 423 kN), l’A330 neo dispose d’une puissance maximale au décollage comprise entre 303 et 320 kN de poussée.

Un long-courrier de moyenne capacité également commandé par TAP, Air Asia, Hawaiian Airlines...

Annoncée il y a quatre ans par Airbus, lors du salon aéronautique de Farnborough (Angleterre), cette version est conçue dans le but de concurrencer le Boeing 787, notamment « sur le plan du coût opérationnel par siège, tout en offrant un plus grand confort en classe Eco, grâce à la largeur des sièges ». Alors que la production du premier prototype a commencé en septembre 2015, entre Toulouse et Nantes, son lancement commercial a été effectué il y a un an seulement.

Dans les modifications par rapport à la version classique, le constructeur français se serait évertué à réduire la masse totale de 800 kg tout en augmentant le rayon d’action de 400 NM (740 km), en plus d’offrir une économie de carburant de 14 % par siège. Ledit siège qui, en classe éco, conserve une largeur de 46 centimètres malgré une offre en places plus importante (d’environ une dizaine de sièges) que dans la version de base de l’A330. Les ailes seraient également mieux optimisées, avec une envergure de 3,7 mètres plus grandes, arrivant à atteindre 64 mètres.

Quatre mois après l’annonce d’Airbus, c’est la compagnie aérienne américaine Delta Airlines qui, en novembre 2014, conclut la première commande ferme avec 25 exemplaires. A la fin de la même année, Airbus comptait déjà la commande finalisée de 120 appareils. D’autres compagnies telles que TAP (Portugal), Air Asia (Malaisie) ou encore Hawaiian Airlines (USA), ont passé des commandes bien avant la nouvelle compagnie sénégalaise, Air Sénégal.

Vous pouvez partager cet article