UNE NOUVELLE PISTE SUR L’ORIGINE DE LA RÉCENTE ÉPIDÉMIE EN GUINÉE

news-details
Ebola

Dans une étude parue dans la prestigieuse revue scientifique Nature, des chercheurs guinéens et français montrent pour la première fois, selon RFI, qu’une épidémie Ebola, comme celle survenue en Guinée en 2021, peut se déclarer à partir d’une souche virale « dormeuse » chez une personne, plus de cinq ans après avoir été contaminée.

Même si le phénomène serait rarissime, cette découverte souligne, selon la source de emedia, l’importance du suivi des survivants.

Le 14 février 2021, rappelle RFI, le gouvernement guinéen annonce qu’une épidémie à virus Ebola s’est déclarée dans la préfecture de N’Zérékoré. Mi-juin, l’épidémie est terminée, elle a provoqué la mort de 12 personnes sur 23 cas identifiés.

L’étude publiée dans Nature mercredi 15 septembre, intitulée « Résurgence du virus Ebola en 2021, Guinée : Un nouveau paradigme sur les épidémies », citée toujours par notre source, confirme que la souche du virus responsable de cette épidémie est la même que celle qui a touché le pays cinq ans plus tôt.

Résultat des courses, l’étude conclut que l’épidémie de 2021 n’a donc pas une origine animale mais humaine, et le patient 0 est probablement un survivant de la précédente épidémie.

Vous pouvez réagir à cet article