2 MILLIARDS AU CHEF DE L’OPPOSITION : SEYDOU GUÈYE DÉMENT MAMADOU LAMINE DIALLO

news-details
JURY DU DIMANCHE

Il n’y a pas un budget réservé par le chef de l’Etat au chef de l’opposition. Le député du mouvement « Tekki », Mamadou Lamine Diallo révélait dernièrement que Macky Sall a décidé de verser au chef de l’opposition le montant de 2 milliards de francs CFA. Ce, en vue de diviser ses adversaires. Seydou Gueye n’est pas allé par quatre chemins pour démentir cette allégation. « C’est une invention qui est sortie tout droit de la tête de son auteur. Je ne vois pas au nom de quoi on devrait prendre 2 milliards et les affecter à une personne qui n’est pas élue », a-t-il déclaré pour prendre le contre-pied du parlementaire.

Cependant, Seydou Gueye estime que la question du chef de l’opposition et celle de la modernisation des partis politiques mérite d’être discutée. Ce sont, à ses yeux, des questions urgentes auxquelles on devrait trouver une solution. Car, dit-il : « Avoir une classe politique organisée et une vie politique modernisée, un espace politique civilisé et urbanisé est un jalon qu’il nous faut franchir pour continuer notre trajectoire démocratique. Vouloir ramener tout à des histoires d’argent c’est aller dans le sens inverse de l’histoire. Aujourd’hui, l’impératif dans tous les pays du monde c’est de clarifier les rapports entre l’argent et la politique ».

Chef de l’opposition : Pas de préférence entre Wade et Idy

A son avis, ce qu’il faut discuter c’est la mission et la responsabilité du chef de l’opposition dans la relation entre l’opposition et le pouvoir. Mieux, il pense qu’on doit assigner au chef de l’opposition une position dans le protocole de l’Etat. « Ça me fait de la peine quand on célèbre une fête nationale comme le 4 avril de ne pas voir l’opposition à la tribune. Régler la question du chef de l’opposition aiderait à trouver les consensus pour faire avancer la démocratie », pense-t-il.

Qui entre Idrissa Seck et Abdoulaye Wade devrait être le chef de l’opposition ? Seydou Gueye reste neutre. « Que ce soit l’un ou l’autre, le président Macky Sall sera leur chef et, c’est ce qui importe pour moi », répond-il. Avant d’ajouter : « Je n’ai pas de préférence entre les deux. Nous sommes dans l’instance d’un dialogue et je pense que c’est la meilleure instance pour faire valoir ces arguments. Donnons une chance au dialogue pour qu’il consolide ces orientations. Je ne veux pas faire d’anticipation sur des questions qui sont en discussion. En plus, mon point de vue n’est vraiment pas important et déterminant sur cette affaire », fait-il remarquer.

Vous pouvez réagir à cet article