Deux Sénégalais et un Nigérian encourent 15 ans de travaux forcés

news-details
TRAFIC DE CHANVRE INDIEN

Moustapha Gueye, Maodo Malick Diop et le Nigérian Akopo attraits risquent 15 ans de travaux forcés. Ils ont été attraits à la barre de la chambre criminelle de Dakar, mardi, 5 mars, pour les crimes d’association de malfaiteurs et de trafic intérieur de drogue. Le plus cocasse dans cette affaire, c’est que Maodo Malick Diop est détenu à Rebeus depuis quelques années pour les mêmes faits. Et c’est de là-bas qu’il coordonnait ses activités criminelles. D’ailleurs, cela a été confirmé par le nigérian qui, interrogé par le juge, a expliqué que c’est Maodo Malick Diop qui l’a contacté pour faire une demande de 140 kilogrammes de chanvre. Il lui avait demandé de remettre la commande à Moustapha Gueye. Ce dernier devait, après récupération du produit, le transporter à Sendou pour l’y stocker. Malheureusement, ils ont été arrêtés par les éléments de la section de recherches de la gendarmerie qui avaient reçu une information anonyme faisant état d’une transaction d’une quantité importante de drogue dans la matinée du 31 mai 2016.

Pour sa part, Moustapha Gueye a indiqué que Maodo Malick Diop qu’il prenait comme son ami l’avait contacté pour lui confier une charge. « Il m’avait demandé d’aller récupérer des colis pour lui. J’avais accepté de lui rendre service parce qu’il est dans les liens de la détention. Je ne savais pas que les colis contenaient de la drogue. Je l’ai su quand on a été interpellé », a expliqué Moustapha Gueye. Cependant, Maodo Malick Diop a battu en brèche toutes les accusations qui lui sont imputées. Il a même nié avoir connu ses deux coaccusés. Ces derniers, soutient-il, l’accusent à tort. « Je ne les connais pas. Ils se sont déchargés sur moi pour se tirer d’affaire », tente-t-il de se défendre sans convaincre le juge. Qui lui demande : « Pourquoi ils ont cité votre nom alors que vous êtes même en prison. » Maodo Malick Diop de répondre : « Je ne sais pas ». Une réponse qui a fait rire l’assistance. Selon le procureur, l’accusé principal dans cette affaire est de mauvaise foi. A l’en croire, il essaye de nier les faits parce qu’il sait ce qui l’attend. Estimant que les faits pour lesquels les accusés sont traduits à la barre de la chambre criminelle ne souffrent d’aucune contestation, il a requis 15 ans de prison ferme contre tous les trois. Les avocats de la défense ont plaidé l’acquittement pour le crime d’association de malfaiteurs. Avant de demander l’application bienveillante de la loi pour ce qui est du crime de trafic d’intérieur de chanvre indien. L’affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu le 19 mars prochain.

Vous pouvez réagir à cet article